24 heures après la publication du Rapport de l’Inspection Générale d’Etat (IGE), le maire de Thiès, Talla Sylla, porte la réplique pour se laver à grande eau. Alors que le document de ladite structure l’épingle pour des dizaines de millions de dépenses indues et beaucoup d’«anomalies» et d’«incongruités» dansa sa gestion de la mairie de Thiès, en particulier des activités ne devant plus relever de son domaine de compétences, l’édile de la ville de Thiès, s’est défendu.

Pour laver son honneur, Talla Sylla qui a convoqué une conférence de presse, mardi après-midi, a déchiré le rapport de l’IGE. «Notre engagement devant aller dans le sens du développement économique et social, vous ne pouvez pas comprendre qu’une mairie ne fasse pas du social. On ne peut pas m’enlever la compétence de faire du social», se justifie-t-il en affirmant que c’est cela qu’on lui reproche.

Sylla note aussi qu’il est incompréhensible que le document de l’IGE, qui n’a pas encore fait l’objet de déclassification, puisse se retrouver entre les mains du public. «A ma connaissance, le rapport de l’IGE n’a pas encore été déclassifié. Le rapport de l’IGE est plus que confidentiel, il est secret. On ne peut pas divulguer tout ou partir de ce rapport», indique-t-il, avant de dire que «même si l’IGE se déplace pour remettre ce rapport au Président de la République, ces rapports ne peuvent pas être dans le domaine public tant qu’ils ne sont pas déclassifiés. Et cela pose un autre problème, puisqu’il faut parler de gestion, de démarche, d’améliorer les relations entre institutions. Quand nous parlons de Constitution, nous parlons des relations entre institutions, des relations entre les citoyens eux-mêmes».

D’attaque, le maire de Thiès assène que ces prédécesseurs auraient fait pire. Car il détient le rapport de l’IGE de 2015. Et c’est ce qui l’amène à s’interroge sur la publication de ce rapport des années après. Selon lui, la publication de ce rapport est «illégale et amorale». «Ce que je ne peux pas comprendre, c’est que même ces éléments dont on parle et qui nous honorent de mon point de vue, ces éléments ne représentent rien comparés à ce qui se trouve dans le rapport concernant nos prédécesseurs. Comment des gens ont choisi que ça pour le publier. Il y a deux problèmes. Un premier problème légal, alors qu’il n’y a pas déclassification. Et un problème moral», regrette le maire.

Aidara KARARA

Tract

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20