A cause de la propagation de la maladie Covid-19, le Sénégal avait fermé son espace aérien en mars jusqu’à nouvelle ordre. Mais depuis que le chef de l’Etat, Macky Sall, a décidé de lever les mesures restrictives pour sauver l’économie au détriment de la santé, le ministère du Tourisme et des Transports aériens avait annoncé la reprise des vols à destination Dakar ce mercredi 15.

Cette reprise est effective et le premier vol à avoir atterri sur le tarmac de l’Aéroport international Blaise Diagne est Air Algérie, ce mercredi 15 juillet, à 00 heures 05 minutes. Et Air France et Air Sénégal ont quitté Dakar pour des vols en direction de Paris Charles de Gaulle, respectivement, à 12 heures et 14 heures. Elles ont été ensuite suivies par Air Côte d’Ivoire, Ethiopian Airlines et Iberia, alors que Transair effectué un aller-retour sur Ziguinchor.

Pour rassurer les voyageurs, les autorités ont prit des dispositions sanitaires drastiques au niveau de l’aéroport : thermo-flash, gel hydro-alcoolique, entre autres. Un protocole sanitaire aussi a été établit par les autorités. La Directrice générale de la santé, le Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye, était ce matin à l’AIDB, où elle a fait savoir que les voyageurs doivent faire des tests. Il est en effet demandé un certificat de test Covid-19 négatif dont tout passager doit se munir à son arrivée l’aéroport de Dakar-Diass.

Par ce document, le voyageur doit prouver qu’il a fait ce test 7 jours au moins avant son voyage et qu’il n’est pas porteur de virus. Maintenant, si un autre voyageur vient d’un autre pays qui n’a pas de genre de test, «s’il arrive à l’aéroport et qu’il jure sur l’honneur qu’il n’a pas les signes ou symptôme de la maladie ou il était en contact avec une personne qui a la maladie. Après cette déclaration, il y aura une vérification avec le matériel qui sied pour faire des prélèvements. Si la personne présente des symptômes elle sera isoler», explique le Dr Ndiaye.

Selon le Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye, pour les tests, il faudra débourser 40 000 FCFA. «Et ils se feront au niveau de l’Institut Pasteur, de l’Iressef, de l’hôpital Aristide Le Dantec, mais aussi à l’Hôpital militaire de Ouakam», déclare-t-elle, précisant que les tests sont exigés. Par ailleurs, elle a indiqué que la surveillance épidémique est gratuite

Aidara KARARA

Tract

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20