Guy-Marius Sagna met la France à l'index

Sentract, Tract du Sénégal – Le Frapp engage le combat contre le système des demandes de visas institué par les représentations diplomatiques. Les activistes et les victimes de ce système appauvrissant vont organiser un sit-in devant l’ambassade le jeudi prochain afin de dénoncer ce qu’ils considèrent comme la « mafia » des visas.

Le député Guy Marius Sagna avait annoncé la couleur. Les activistes et les victimes de ce système vont protester devant l’ambassade de France. « Le Frapp dénonce la politique de délivrance de visas de l’ambassade de France au Sénégal, faite d’arnaque, d’extorsion de plus de 30 000 personnes par an au Sénégal », dénoncent les activistes ;

A en croire Guy Marius Sagna et cie, la représentation diplomatique française « vole » les Sénégalais via les procédures de demande de visas. « L’ambassade de France au Sénégal vole les Africains. Il humilie les Africains et confisque pendant des mois les passeports africains, en lieu et place des trois semaines de traitement. Elle finance ses projets au Sénégal avec cet argent, fruit de cette arnaque massive juteuse pour l’hexagone, que constitue le business des visas », ont fustigé les activistes lors d’un face-à-face avec la presse au siège du Frapp. Ils condamnent dans la foulée le silence coupable des autorités sénégalaises face à cette « injustice » de l’occident. «Et malheureusement, tout cela se passe avec la complicité du gouvernement du Sénégal », regrettent-ils. Ce, d’autant que les demandes de visas ont augmenté entre-temps. «En 2020, il y avait 32 000 demandeurs. Or, Campus France, qui est l’interface entre les étudiants et le service diplomatique, invente des motifs fallacieux pour couvrir ses refus de visa », explique le député Sagna.

Dénonçant ces agissements connus du grand public, le Frapp exige la restitution sans délai aux demandeurs de visas malheureux leurs passeports. Les activistes réclament également la restitution de l’argent aux demandeurs n’ayant pas obtenu le visa. Avant de plaider pour plus de transparence dans les procédures initiées par l’ambassade de France. Ce, en informant les candidats mis sur une liste rouge ou n’ayant aucune chance d’obtenir le visa de leur situation au lieu de prendre leur argent tout en sachant qu’ils ne sont pas éligibles. «Il faut aussi une réduction des délais de traitement des dossiers pour le regroupement familial et l’institution du visa pour les ressortissants de tous les pays qui demandent le visa aux Sénégalais », soutiennent-ils.

En fin de compte, le délégué général de Frapp, Ousmane Wade, informe qu’il a déposé le vendredi dernier sur la table du préfet de Dakar, « une lettre l’informant d’un sit-in que le Frapp et toutes les victimes de la mafia comptent organiser devant l’Ambassade de France, ce jeudi 13 octobre 2022, à 10h ».

Sentract.sn