[Historia] POURQUOI MAMADOU DIA A TRANSFÉRÉ LA CAPITALE DU SÉNÉGAL DE SAINT LOUIS À DAKAR…

0
203

Tract – Le Sénégal a eu son indépendance en 1960. Durant ses 62 d’indépendance politique, le pays – gouverné actuellement par le Président Macky Sall -, a connu deux capitales. Avant Dakar, la vieille ville de Saint-Louis se trouvait être le « chef-lieu » du Sénégal où Senghor dirigeait le pays en tant que chef d’État.

Votre site Tract vous livre ici un extrait de l’autobiographie de Mamadou Dia expliquant pourquoi l’ancien Premier ministre qu’il était a transféré la capitale du Sénégal, de Saint-Louis à Dakar.

 

« Au cours de cette période de semi-autonomie, comme on sentait venir l’autonomie pleine et l’indépendance, il y a eu un mouvement des notables de la Collectivité Lébou de Dakar, poussés, sans doute, par les colonialistes pour revendiquer le détachement de la presqu’ile du cap vert, afin d’en faire une sorte de département français. C’est cela qui m’a déterminé à sortir le projet du transfert de la Capitale. En vérité, dès la constitution de mon premier gouvernement, on me l’avait demandé…j’ai été pressenti par Senghor. Boissier-Palun et le Gouvernement Lami également avaient attiré mon attention sur la nécessité de réaliser ce transfert. Tous les trois se plaçaient surtout sur le plan administratif, en montrant les inconvénients réels à gouverner le Sénégal de Saint-Louis qui était excentré par rapport aux activités du Sénégal, notamment au plan économique.

J’avais refusé. C’est par la suite, quand il y a eu cette démarche dangereuse que j’ai décidé de rendre irréalisable un tel dessein en transférant la capitale.

C’est à ce prix- et cela le valait bien- que Dakar n’a pas été perdu pour le Sénégal, amputé du Sénégal.

Je posai le problème devant le Parti. Evidemment, ça a fait un tollé. Parce que les Saint-Louisiens n’en voulaient pas, qui étaient des éléments très représentatifs, non seulement au sein du Parti, mais aussi, à travers tout le Sénégal. C’est ainsi que j’ai eu contre moi André Guillabert, Ibrahima Sarr et naturellement, tous les cadres saint-louisiens de l’U.P.S. C’est sur ces entrefaits et dans ce climat de tension que le Ministre de la France d’Outre-mer Gérard Jacquet, a entrepris sa tournée au Sénégal.

A Saint Louis c’était, pour les populations, une occasion de manifester contre moi. Il y a eu des manifestations violentes. Une fois, en mon absence, l’Assemblée Territoriale a été saccagée. Les manifestations se sont portés, ensuite, à l’Hotel où ils pensaient que je prenais mes repas : ils ont saccagé l’établissement.

Les complicités internes étaient déjà bien établies ; il ne restait plus aux protagonistes de tous bords d’un Dakar-département français en rupture avec le reste du Sénégal, qu’à s’assurer le concours actif d’une population mal informée et psychologiquement préparée.

A Saint Louis même, nous verrons la création d’un « Comité dit de vigilance et de défense des intérets de Saint-Louis ». Il sera constitué à l’initiative des commerçants, propriétaires et des membres de professions libérales qui étaient intéressés au maintien de cette ville comme capitale du Sénégal. Ce seront eux les instigateurs des événements survenus à Saint-Louis le 2 et 3 Aout 1957.

Lors de la réunion extraordinaire du Conseil de Gouvernement tenue le 3 Aout, sous la présidence du Chef de Territoire, pour examiner la situation créée par ces événements il sera constaté :

– « que le meeting tenu au Cinéma Vox le jeudi 2 Aout n’avait pas fait l’objet d’une déclaration :

– Que les participants ont formé un défilé dans les rues de la ville malgré l’interdiction des autorités :

– Que le service d’ordre a été attaqué par les manifestants notamment par jets de pierres et autres projectiles ;

– Que l’immeuble de l’Assemblée territoriale et les domiciles de trois ministres ( Finance-Travaux Publics-Santé) ont subi des dégâts matériels et qu’une parfumerie a été brulée ;

– Que 20 voitures officielles ou particulières ont été endommagées ;

– Que le Maire de Saint-Louis porte une responsabilité particulière dans tous les événements, bien qu’il ait prétendu n’y être mélé. Il a été vu forçant les barrages et entrainant la foule pour défiler »

En définitive, le problème du transfert de la capitale à Dakar aura été un test sérieux adressé au sens politique des responsables sénégalais de l’époque- épisode significatif de notre évolution vers la souveraineté nationale : ils ont relevé le défi qu’il comportait. Dans la déclaration que j’ai adressée aux sénégalais, le 31 Juillet 1957, j’avais, de ce transfert, dégagé le sens et révélé les motivations politiciennes et égoïstes de mes adversaires.

« Le Conseil de Gouvernement du Sénégal, – y disais je – au cours de la réunion qu’il a tenu à Saint Louis, a émis le vœu que le chef-lieu du Territoire soit transféré à Dakar. En adoptant ce texte et en l’adoptant à l’unanimité, le Conseil de Gouvernement a conscience d’avoir pris, avec tout le sérieux nécessaire, une décision murement réfléchie. C’est pourquoi, il a le droit de demander à tous d’accueillir cette décision comme il l’a lui même prise, c’est-à-dire en toute objectivité. Je tiens, en effet, à affirmer ici que le vœu du Conseil de Gouvernement n’a été déterminé ni par des préoccupations partisanes, ni par des considérations théoriques, ni par un mouvement passionnel. Le Conseil s’est prononcé, après avoir pesé tous les arguments, pour la solution qui lui a paru la meilleure sur le seul plan de l’efficacité gouvernementale.

Cela ne veut pas dire que je ne comprenne pas l’émotion des Saint-Louisiens. J’ai moi même vécu assez longtemps à Saint-Louis où je possède de solides attaches, pour ne pas être indifférent à son sort, et, je sais qu’il est possible d’évoquer en matière de transfert des précédents fâcheux. Mais j’ose espérer que la première émotion passée, et les réactions sentimentales maitrisées, les Saint-Louisiens seront les premiers à reconnaitre que la vraie grandeur et le plus sur espoir ne se trouve pas, pour leur Cité, dans le simple fait d’être le chef-lieu du Territoire. D’ailleurs, bien fragile et peu enviable serait le sort d’une ville qui n’aurait qu’une existence administrative.

Saint-Louis a d’autres titres – je dis même de solides amitiés au sein du Conseil du Gouvernement – d’autres vocations qui lui assurent de ne jamais mourir. Saint-Louis sera le pole d’expansion de la Vallée du Sénégal et le chef-lieu administratif de cette grande région économique, un centre de liaisons routières avec la Mauritanie, les escales du Fleuve, le Ferlo, les Niayes. Saint-Louis sera la deuxième ville universitaire du Territoire, un Centre hospitalier et un centre touristique. A tous ces titres, Saint Louis sera enfin une ville rénovée, grâce à un plan de reconversion qui est déjà à l’étude, qui sera inscrit en première urgence dans le cadre du troisième plan quadriennale, et dont les Saint-louisiens verront les premières réalisations avant que soit transféré le siège du gouvernement (…) »

Mes adversaires se taisent volontiers sur le Plan de la Compensation que j’avais conçu, suite à la décision de faire de Dakar la capitale du Sénégal. Ce plan prévoyait une université : l’Université de Saint Louis, des ports de pêche, l’aménagement de l’Hydrobase, la construction d’un hôpital à vocation régionale et diverses structures socio-économiques intégrées, dans le cadre du projet de développement de la vallée du Fleuve, la route Dakar-Saint Louis etc.

Aujourd’hui, plus de deux décennies après mon élimination du pouvoir on peut constater que ce Plan de Compensation qui traduisait notre souci de conserver à Saint-Louis son standing traditionnel et tout son rayonnement de ville majeure et historique est resté, en bien des domaines essentiels, à l’état de projet, du fait de l’absence de volonté politique de mes successeurs. A peine amorcé on ne lui a substitué jusqu’ici que des réalisations ridicules qui n’honorent pas les fils de Saint Louis, en particulier un casino jet d’eau…que d’ailleurs Mame Coumba Bang n’a pas voulu agréer ».

Mamadou Dia, Mémoires d’un militant du tiers-monde, Paris, Publisud, 1985, pp 82-86

Hadj Ludovic