Les brèves du Témoin de ce jeudi 8 décembre

0
118

Tract-

KEEMTAAN GI – A NOS PERDANTS,LA NATION RECONNAISSANTE !
Le président de la République, dans sa générosité sélective et sa prodigalité calculée avec les fonds publics, a donc décidé de payer les primes promises en cas de qualification en quarts de finale de la Coupe du Monde de football non seulement à tous les joueurs de l’équipe nationale mais aussi à leur encadrement ! Ce quand bien même ils n’ont pas réalisé la performance qui leur avait été assignée ou, si l’on préfère, n’ont pas atteint leur but. Pis, nous sommes sûrs que, de tous les pays dont les équipes ont participé au Mondial qui se poursuit actuellement, le Sénégal est le seul dont le Président a déroulé le tapis rouge à des joueurs éliminés sans gloire. Qu’importe, la République est bonne fille et généreuse avec des garçons qui gagnent déjà des millions de francs — des dizaines de millions pour certains d’entre eux et même des centaines de millions — mensuels. On ne va quand même pas lésiner sur les fonds publics pour récompenser dignement ces « Lions » qui se sont fait humilier par l’Angleterre après avoir été étrillés en début de compétition par les Pays Bas. Que voulez-vous, il faut bien instituer une prime à l’échec dans ce pays à défaut de récompenser les réussites ! Le problème c’est ceci : étant donné que, échec ou pas, on est toujours certain d’être récompensé financièrement, pourquoi donc diable se donner à fond et se décarcasser que ce soit sur les terrains de football ou ailleurs dans la vie ? Au diable l’effort, au diable le mérite, foin du dépassement, soyons partisans du moindre effort, de la triche, du laxisme ! Et puis, le président de la République ayant le devoir de traiter tous les Sénégalais sur le même pied, pourquoi donc récompenser financièrement les loosers de Doha et sanctionner négativement d’autres Sénégalais qui n’ont pas pu atteindre leurs objectifs de performance ? Tiens, selon la même logique qui a conduit le Président, parce que tel est son bon plaisir, à payer des primes indues — en tout cas celles de qualification en quart de finale — aux « Lions », pourquoi donc ne devraiton pas donner le baccalauréat, le BFEM et le CFEE aux élèves qui auraient obtenu 7 ou 8 de moyenne à ces examens ? Eux aussi ont consenti des efforts pour obtenir ces notes-là ! Allez donc dire à ces jeunes gens, après le geste auguste du président de la République à l’endroit de nos footballeurs revenus défaits du Qatar, qu’à eux la République demande d’obtenir les moyennes demandées sous peine d’être recalés à l’année prochaine. Et à d’autres de faire semblant de jouer pour que tombent les millions dans leur escarcelle. Sûrs qu’ils auraient l’impression d’un deux poids deux mesures voire d’une profonde injustice de la part d’un homme — le président de la République en l’occurrence —censé tenir le
fléau de la balance en parfait équilibre entre tous les Sénégalais.
KACCOOR BI – LE TEMOIN

DIX ANS DE DECENTRALISATION PASSES AU PEIGNE
Lors du conseil des ministres de ce mercredi 07 décembre 2022, le président de la République s’est attardé sur la dynamique de décentralisation et de dialogue des territoires. Il a rappelé l’option irréversible de la participation effective des populations au développement national dansl’Unité de l’Etat et la consolidation de la République.

ALIOU SALL VA CEDER SON FAUTEUIL DE PRESIDENT
De l’AMS Restons dans le cadre de la décentralisation, le Président de la République a indiqué l’urgence d’accentuer la formation des élus territoriaux et de professionnaliser les métiers dans les collectivités territoriales, avec le concours du Centre national de Fonction publique territoriale et de la formation. Le Chef de l’Etat a rappelé au Ministre des Collectivités territoriales l’impératif de stabiliser, dans chaque commune, la liste des quartiers officiels et de veiller, à l’image des chefs de villages, à la reconsidération des missions, à la valorisation des rôles, ainsi qu’à la réévaluation des indemnités des Délégués de quartiers en relation avec les maires. Dans cette perspective, le Président de la République a informé le Conseil de sa rencontre prévue le dimanche 11 décembre 2022 avec les élus territoriaux du Sénégal dans le cadre de la Journée nationale de la décentralisation, qui sera marquée par le renouvellement des bureaux de l’Association des Maires du Sénégal (AMS) et de l’Association des départements du Sénégal (ADS). Aliou Sall, l’ancien maire de Guédiawaye, va céder son fromage de président de l’Association des maires du Sénégal qu’il occupe depuis 2014. Adama Diouf, responsable politique de l’APR, et président du conseil départemental de Kaffrine pourrait aussi céder son fauteuil de Président de l’Association des départements du Sénégal.

LES ANCIENS MINISTRES AMADOU NIANG ET ZAHRA IYANE THIAM CASES, SITOR NDOUR LACHE PAR MACKY SALL
Le fait majeur dans les mesures individuelles du Conseil des ministres de ce mercredi 07 décembre, c’est le retour aux affaires de deux anciens ministres. Amadou Niang, ancien ministre du Commerce sous le régime de Me Abdoulaye Wade, a été bombardé président du Conseil d’Administration de la Société d’Aménagement et d’Exploitation des terres du Delta et des vallées du fleuve Sénégal Il récupère le poste des Sitor NDOUR qui connait une descente aux enfers puisque se trouvant actuellement en prison sous l’accusation de viol de sa bonne. L’autre fait majeur est le retour aux affaires de l’ancien ministre de la Micro finance. Madame Zahra Iyane THIAM, a été nommée Directeur général de l’Agence sénégalaise pour la Promotion des Exportations (ASEPEX), poste vacant. Autrement dit, c’est l’Alliance des Forces de Progrès (AFP) qui perd ce poste qui avait fini par devenir sa propriété privée.

SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE ME AISSATA TALL SALL EXPLIQUE L’ABSTENTION DU SENEGAL…
Lors du vote de son budget, la ministre des Affaires étrangères, Me Aïssata Tall Sall, a été interpelée sur l’abstention du Sénégal lors de l’adoption de sanctions contre la Russie dans le conflit avec l’Ukraine. Cette position du Gouvernement sur le conflit Russo-Ukrainien avait fait l’objet de beaucoup de critiques. Dans cette affaire, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a clarifié les choses. La patronne de la diplomatie sénégalaise a estimé que notre pays assume en toute souveraineté les positions qu’il défend. Selon elle, l’abstention du Sénégal lors du vote de la résolution des nations Unies pour condamner l’agression contre l’Ukraine, est justifiée par des raisons objectives et chères à notre pays. «Le Sénégal ne vote pour faire plaisir à l’autre.» Bravo Maître !

DIPLOMATIE LES 500.000 FRS DE SALAIRES DES CONJOINTSDES AMBASSADEURS DECRIES PAR LES DEPUTES
La décision de Macky Sall en mai 2014 d’octroyer des indemnités de 500.000 frs aux conjoints de diplomates a refait surface hier à l’Assemblée Nationale lors du vote du budget du ministère des Affaires étrangères. Des députés de l’opposition disent n’avoir toujours pas compris cette générosité inopportune du chef de l’Etat. Cette mesure unique à travers le monde avait en son temps été rejetée par des syndicats et la société civile. Hier à l’Assemblée nationale, Me Aïssata Tall Salla enfilé sa robe d’avocate pour défendre cette décision présidentielle. Concernant les 500 mille francs attribués aux conjoints des ambassadeurs, le ministre a justifié l’octroi de cette indemnité par le fait qu’il est interdit aux conjoints de ces ambassadeurs d’avoir un salaire rémunéré. Etant donné qu’on on ne peut pas les contraindre de rester au pays, ces femmes dont la plupart sont des fonctionnaires qui se sont sacrifiés pour accompagner leurs maris au service de la nation, méritent donc d’être soutenues financièrement. C’est ce qu’a expliqué en substance le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur.

APS THIERNO AMADOU SY A PRIS FONCTION HIER
Deux semaines après sa nomination comme directeur général de l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), Thierno Amadou Sy a pris fonction, hier après une cérémonie de passation de service loin d’être sobre et très folklorique. Comme on le voit depuis quelques années lors de pareils événements, de nombreuses personnes se sont déplacées pour assister à cette cérémonie en présence du directeur général sortant, Thierno Birahim Fall, du président du conseil d’Administration, le Professeur Moustapha Samb et du directeur de la Communication Ousseynou Dieng. Le nouveau DG, homme politique, membre de la mouvance présidentielle et ancien journaliste à la Radiotélévision sénégalaise (RTS) a annoncé qu’il va faire de l’APS un vrai grossiste de l’information. ‘’Nous allons travailler avec les agents, les directeurs, les chefs de service et les chefs de département pour faire de l’APS le vrai grossiste de l’information et la vitrine du Sénégal’’, a-t-il promis lors de cette cérémonie. Ah bon, parce que l’APS ne l’a jamais été auparavant ? Thierno Amadou Sy, formé au Centre d’Etudes des Sciences de l’information (CESTI) et membre de la 36ème promotion s’est dit déterminé à œuvrer pour faire rayonner l’Agence de presse sénégalaise sur l’échiquier médiatique. Il a annoncé qu’il comptait décliner, dans les prochains jours, de nouvelles orientations pour la modernisation de la structure. ‘’Dans une semaine, je vous donnerai des orientations claires concernant mes objectifs. Pour l’instant, il faut parcourir les documents qu’on a mis entre nos mains, mais aussi s’en s’ouvrir aux autorités du ministère de la Communication’’, a dit le journaliste, fondateur du mouvement Ha Yesso ko Lawol. A noter que s’il a été un assez bon journaliste de télévision, il n’a en revanche jamais été un agencier. Sa volonté de révolutionner la vieille agence peut ressembler à de la prétention. Mais bon, l’avenir nous dira. De son côté, le directeur sortant, Thierno Birahim Fall qui a passé 10 ans à la direction de l’APS s’est félicité des nombreux objectifs accomplis durant toute cette période.

AFFAIRE FULBERT SAMBOU ET DIDIER BADJILE FILS DE NAFI NGOM KEITA,FADILOU KEÏTA ARRETE
Fadilou Keita, le fils de l’ancienne présidente de l’OFNAC Nafi Ngom Keïta, a été arrêté hier. Le coordonnateur du programme Nemeeku Tour du parti Pastef/ Les Patriotes paie ses propos dans le cadre de l’affaire Fulbert Sambou et Didier Badji. Fadilou Keïta aurait « accusé ouvertement l’État du Sénégal d’avoir fait disparaître les deux gendarmes Didier Badji et Fulbert Sambou avant de maquiller leur mort en noyade au Cap manuel », renseigne-ton. C’est dans ce sens qu’ « il a été convoqué pour audition afin d’apporter les preuves de ces graves accusations, ce qu’il a été incapable de faire », souffle-t-on encore… Face à la presse, Bassirou Diomaye Faye, responsable de Pastef, a tiré à boulets rouges sur le régime. «On a arrêté notre frère Fadilou Keita, coordonnateur du «Némékou tour» qui hante le sommeil du camp du pouvoir, pour le motif d’une publication sur Facebook (Voir le post en bas du texte), sur laquelle il avait été convoqué il y a une semaine de cela, puis relâché. On avait cru que c’en était fini. Mais, puisqu’ils n’avaient rien pu obtenir hier avec le camouflet qu’ils ont reçu (Ndlr : confrontation Sonko Adji Sarr), ils se rabattent maintenant sur l’entourage du Président Ousmane Sonko.» «Qu’est-ce que Fadilou a dit qui soit plus grave que ce que Amath Suzanne Camara a dit sur le plateau de la Sen Tv et qui est libre de ses mouvements ? Il a dit que Didier Badji et Fulbert Sambou ont été tués ou qu’ils ont été noyés. Il n’a reçu aucune convocation. Fadilou n’a pas dit aussi grave que ça, il a émis une opinion. Et dans un pays démocratique, on est libre de dire sa pensée et de donner son opinion sur la marche de l’Etat sur les événements sen cours » a ajouté Bassirou Diomaye Faye. Qui semble oublier que la justice est à deux vitesses dans ce pays !