La délibération des terres de 225 hectares octroyé à la SEDIMA est frappée d’illégalité. C’est ce qu’a affirmé Me Boucounta Diallo qui dénonce des irrégularités dans la procédure d’attribution de 225 hectares au Groupe SEDIMA dont le patron est Babacar Ngom. Pour l’ancien Organisation Nationale des Droits de l’Homme du Sénégal, (OND), cette délibération est illégale et peut être attaquée devant la Cour Suprême. Ainsi, il accuse e patron de ladite société de tentative d’enrichissement sans cause dans cette affaire. « Le conseil rural de Sindia, à l’époque, a délibéré sur un objet inexistant. C’est ce qu’on appelle en droit administratif, le fait d’outrepasser ses pouvoirs. Et lorsque autorité administrative outrepasse ses pouvoirs, on parle d’illégalité de la mesure qui a été prise. Même si la SEDIMA a bénéficié de cette délibération, elle est frappée d’illégalités et ça peut faire l’objet d’un recours devant la Cour suprême pour excès de pouvoir », explique le natif de Djilakh.

Cependant, il regrette la transformation du bail qui est un titre d’usage en titre foncier qui est un droit de propriété. Ce qui lui dire que le patron de la SEDIMA a cherché manifestement à s’enrichir à travers cette transaction. « Djilakh peut être vendu à 10 000 FCFA le mètre carré. Avec 225 hectares, vous avez 22 milliards 250 millions FCFA. Alors celui qui nous dit qu’il a investi 2 milliards pour ce titre foncier dans ce village se retrouve avec 22 milliards en raison de 10 000 F le mètre carré » fait-il savoir. Avant d’inviter les autorités à faire le nécessaire pour récupérer ce titre foncier, « si elles souhaitent le retour de la paix dans cette localité ».

Aidara KARARA

Tract

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20