AliouSallGate : « Le gouvernement a cafouillé » (expert en communication politique)

0
29

Docteur en communication politique, Momar Thiam décortique et analyse la communication de crise initiée par les autorités pour contrecarrer la pluie de critiques qui s’abat sur le régime en place après la diffusion par la chaine de télévision de BBC d’une enquête-documentaire intitulée : «un scandale à dix milliards de dollars» qui incrimine Aliou Sall, frère du président de la République.

Interpellé par la rédaction de Sud quotidien hier, jeudi 6 juin, l’expert en communication politique a indiqué que la levée de bouclier des membres du gouvernement après la conférence de presse du frangin du chef de l’Etat contribue grandement à réinstaller le débat autour de ces contrats pétrolier et gazier.

Un débat que seule une démission d’Aliou Sall à la tête de la Caisse de dépôt et de consignations pourrait apaiser.

«TOUTES CES SORTIES DU GOUVERNEMENT CONTRIBUENT A REINSTALLER LE DEBAT»

«Sous ce registre de la communication, je note trois choses dans cette affaire : la première est relative à la sortie de monsieur Aliou Sall qui a pris les devants dans la foulée de la diffusion du document de BBC en convoquant une conférence de presse pour éclairer l’opinion autour de ces contrats.

Ensuite, il y’a la sortie du ministre de la justice sous le registre de ce que j’appelle la religiosité de la chose en disant qu’il ne pense pas qu’Aliou Sall, en bon musulman, ne puisse se donner à de telles pratiques.

Je ne pense pas déjà que ce serait d’à-propos puisque quand on parle d’affaire, d’économie on ne parle pas sous le registre de la religion.

La troisième chose est la déclaration faite le mercredi dernier par le ministre porte-parole du gouvernement. Ma conviction est que toutes ces sorties contribuent à réinstaller le débat autour de ces contrats pétroliers et gaziers.

En termes de communication, quand un événement survient, on a deux postures : soit, on apporte tout de suite notre réponse à travers un communiqué ou une déclaration et on s’en arrête là, histoire de voir comment cela va se répercuter dans l’opinion ou on prend le temps de digestion de l’opinion de la chose.

Autrement dit, laisser à l’opinion, le temps de digérer cet événement puis on vient avec des arguments béton, histoire de créer un contre-feu. Je pense que, en l’espèce, le gouvernement a fait preuve de cafouillage dans sa communication.

S’il y’a plusieurs déclarations, cela ne fait qu’amplifier que le débat en lieu en place de l’éteindre. Donc, le gouvernement en lieu et place d’un contre-feu à provoquer un incendie.

Car, il (gouvernement) aurait pu, après la conférence de presse de monsieur Aliou Sall qui est directement concerné, même si par ricochet l’Etat aussi, est concerné de part les contrats, prendre le temps de laisser à l’opinion de digérer cette sortie d’Aliou Sall surtout qu’on est dans une période de l’Aïd Filtr avec la fin du Ramadan qui fait que les attentions sont plus portées sur la fête que les sur les sujets politico-économiques.

Donc, en mon sens, il y’a eu un tout petit peu de précipitations qui ont contribué à alimenter ce que j’appelle la fantasmagorie autour de cette affaire-là».

«ALIOU SALL, COMME UN BOUT DE PIERRE DANS LA CHAUSSURE DU GOUVERNEMENT»

«Rappelez-vous en 2001 quand, il était accusé de blanchiment d’argent dans l’affaire qui oppose le Commissariat à l’aide alimentaire à la Société de manutention et de transit (Somicoa dont il fut le directeur général en 1985), Mamadou Seck ancien maire Mbao avait pris la décision de quitter son poste de ministre de l’économie et des finances pour ne pas gêner le gouvernement et se mettre à la disposition de la justice.

Il a trouvé le moyen de se laver à grande eau et après revenir. Dans un pays démocratique qui se respecte, quand quelqu’un est indexé au plus haut niveau, il est toujours souhaitable pour faire baisser la tension de se décharger de ses prérogatives et se mettre à la disposition de la justice et mieux se défendre et revenir après.

Maintenant, Aliou Sall est seul juge, il y’a que lui qui peut dire : «je démissionne pour mieux me défendre ou je ne démissionne pas, je mène le combat».

Mais, à ce niveau, je dois préciser qu’en prenant la décision de rester à son poste, il ne facilitera pas la tâche au gouvernement.

A la limite, il sera comme un bout de pierre dans la chaussure du gouvernement puisque cette décision va à l’encontre de la dynamique dans laquelle, le président de la République a inscrit son nouveau mandat.

On ne peut pas commencer un nouveau mandat avec un débat sur fond de scandale révélé par un grand groupe de presse comme la BBC, cela contribue à ternir non seulement l’image du pays mais aussi de la classe gouvernante à commencer par le Président.

Je pense donc que le gouvernement se targuerait de revoir sa stratégie de communication autour de cette question, histoire non seulement d’apaiser l’opinion dans son appréciation de cette affaire mais aussi de ne pas créer un autre événement en faisant des conférences de presse au chacun parle tous azimuts sur la question.

Cela ne ferait qu’envenimer les choses puisque en terme de communication, le mal est déjà fait et multiplier les déclarations après la sortie de Aliou Sall, c’est contre-productif.

Je pense comme le réclame une partie de l’opinion, si Aliou Sall démissionne cela pourrait contribuer un peu à l’apaisement de la situation.

Car, bien que certains me diront que si Aliou Sall démissionne que des gens vont penser qu’il a été atteint dans cette affaire mais je pense qu’il vaut mieux qu’Aliou Sall soit atteint que le président lui-même soit atteint et le gouvernement par ricochet».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez et aimez-nous: