Cas K nerveux au PDS, entre « Karimisation » et boycott du « Dialogue national »

0
150

Déjà en crise depuis la dernière présidentielle à laquelle il n’a pas pu aligner son candidat forclos Karim Wade, une première pour une formation politique qui a été de toutes les présidentielles depuis 1978, le Parti démocratique sénégalais (Pds) risque désormais l’implosion pure et simple. Le casus belli ? La décision jupiterienne de Me Abdoulaye Wade et de son fils Karim de ne pas participer au Dialogue national convoqué par le président Macky Sall. Politique de chaise vide que plusieurs cadres du Pds réprouvent. A celà s(ajoute désormais un complot au sein du parti pour « écarter » le numéro 2, Oumar Sarr.

Plusieurs voix s’élèvent au sein du Pds pour défier la décision des Wade de boycotter le dialogue national lancé par le président Macky Sall. Il s’agit de caciques cadres du parti qui ne digèrent pas l’isolement du Pds et qui ont levé la voix pour dire « non » au Pape du Sopi.

En plus de cette fronde de certains cadres, le Pds est secoué par une opération de liquidation de son Secrétaire général national adjoint, Oumar Sarr. Ce serait Me Abdoulaye Wade lui même qui parraine la guerre contre le numéro 2 du parti, sous la dictée de son fils, Karim Wade. Ce qui agace plusieurs hauts responsables du parti.

Et derrière cette opération de liquidation menée par les Wade, se cache une idée de réorganiser les structures du Pds et « karimiser » davantage la direction du parti. Il est  envisagé de faire du jeune maire de Yeumbeul Sud, Bara Gaye, le numéro 2 du parti à l’épi de mil.

Tract