Charles Blé Goudé annonce son « retour » en décembre en Côte d’Ivoire avec Laurent Gbagbo

0
44

Tract – L’ex-chef des Jeunes patriotes ivoiriens Charles Blé Goudé a évoqué dimanche dans un communiqué son « retour » en Côte d’Ivoire avec Laurent Gbagbo, qui avait annoncé vendredi avoir obtenu son passeport et vouloir rentrer en décembre.

Comme l’ex-président ivoirien, M. Blé Goudé, 48 ans, a été acquitté de crimes contre l’Humanité en première instance par la Cour pénale internationale (CPI) et il attend en liberté conditionnelle à La Haye un éventuel procès en appel.

« Le président Gbagbo a personnellement tenu à me donner de vive voix l’information (de la délivrance de son passeport), (il) a pris sur lui la responsabilité d’ouvrir le chemin de notre retour vers la mère patrie », écrit Charles Blé Goudé dans un communiqué. « Une porte de retour vers Abidjan s’ouvre pour nous ».

« Son retour (à Laurent Gbagbo, ndlr) en terre natale pourra grandement contribuer à l’apaisement de la situation socio-politique altérée », a-t-il estimé, saluant un « acte républicain et fraternel des autorités ivoiriennes ».

Laurent Gbagbo a annoncé vendredi, via son avocate, avoir obtenu deux passeports, un ordinaire et un diplomatique, et espérer rentrer en Côte d’Ivoire en décembre.

M. Blé Goudé avait fui la Côte d’Ivoire après la crise post-électorale de 2010-11, qui avait fait 3.000 morts, et qui s’était conclue par la victoire du président élu Alassane Ouattara et l’arrestation de Laurent Gbagbo.

Il avait été arrêté en 2013 au Ghana puis transféré à la CPI en 2014, pour être jugé aux côtés de Laurent Gbagbo. Les deux hommes ont été acquittés en janvier 2019.

Charles Blé Goudé était un des membres les plus controversés du clan Gbagbo, surnommé le « général des rues » pour sa capacité à mobiliser les partisans de l’ex-président ivoirien.

Ses détracteurs et les ONG internationales le considèrent comme un de ceux qui ont le plus contribué aux violences pendant la crise post-électorale de 2010-11.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a été réélu le 31 octobre pour un troisième mandat jugé inconstitutionnel par l’opposition, qui a boycotté le scrutin et appelé à la « désobéissance civile ».

Les violences électorales ont fait au moins 85 morts et près de 500 blessés depuis août, selon un bilan officiel.

Ces troubles ont débouché sur l’arrestation de personnalités politiques, dont le porte-parole de l’opposition, l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan et Maurice Guikahué, numéro deux du principal parti d’opposition.