CHEIKH MBACKE DOLLY TIRE SUR ANTOINE DIOME: « Le peuple n’a pas confiance en vous »

0
14

(Tract)- Le président du groupe parlementaire du PDS, le député Cheikh Barra Dolly n’a pas été tendre avec le ministre de l’intérieur lors du passage de ce dernier à l’Assemblée Nationale ce matin. «Nous n’avons pas confiance en vous. Vous avez toujours été le bras armé du pouvoir, habile pour écarter des adversaires politiques. Aujourd’hui, il est également, certain, que vous préparez une magouille pour retarder la chute de ce régime qui a atteint ses limites», a accusé le député.

C’était lors de  l’examen du projet de loi portant report des élections locales et prorogation du mandat des conseillers municipaux.

Selon le président du groupe parlementaire du PDS , ce projet de loi prouve à suffisance, que le régime en place a atteint ses limites et tente de mettre en place une stratégie qui va retarder sa chute.

«Vous êtes incapable de gouverner ce pays et vous venez de le confirmer car, vous n’êtes même pas capable d’organiser des élections. Ce projet de report est également la preuve que le Président de la République et son régime ne se sont jamais préoccupés du respect du calendrier républicain. Maintenant le report des élections est la seule stratégie que vous avez trouvée pour retarder votre chute»,  a-t-il déclaré.

Le député qui a évoqué l’Article 74 du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale pour soulever une question préalable a exigé «l’organisation des élections locales en 2021, des législatives en 2022, et l’organisation de la prochaine élection présidentielle en 2024».
Serigne Cheikh Mbacké a par ailleurs jeté des piques dans le jardin du ministre de l’intérieur qu’il considère comme le bras armé de l’Etat chargé d’exécuter la magouille orchestrée autour des élections.

«Le peuple n’a pas confiance en vous. Les dernières manifestations peuvent constituer un baromètre pour mesure leur mépris. Le peuple a également montré qu’il est le seul détenteur du pouvoir. Et ce même peuple demande à Macky Sall d’organiser les présidentielles et se tenir à l’écart car il est clairement disqualifié par la constitution.», a-t-il lancé à Antoine Felix Diome.

Tract