Malgré l’évolution de la Covid-19, le Magal de Touba s’est tenu le 6 octobre dernier. C’était un grand rassemblement et l’on a constaté que bon nombre de gens qui ont effectué le déplacement ont fait fi des mesures barrières. Puisque le port des masques n’a pas été respecté à la lettre et pourtant le khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké avait donné une ferme instruction que les talibés respectent les mesures sanitaires.

 En effet l’évolution de la pandémie du coronavirus montre certes une tendance baissière ces derniers semaines. Mais, le centre des opérations d’urgences sanitaires (CROUS) est toujours en mode surveillance. C’est dans ce sens que le Dr Abdoulaye Bousso, directeur dudit centre, estime que le risque d’une deuxième vague de contamination n’est pas inexistant. Mais il pense que le Sénégal peut faire face à toutes les éventualités possibles. « Pour Touba, il faut 14 jours pour évaluer les incidences grand Magal », fait-il savoir à RFM, repris par Senego.

Le Centre des opérations d’urgences sanitaires (CROUS est resté en alerte. Ce, en dépit de la tendance baissière constatée. « Nous venons de sortir du Magal. Pendant ce Magal, nous n’avons pas eu d’événement particulier en tout cas. Donc, on aura une plus grande visibilité d’ici la semaine prochaine et dans les 14 prochains jours » avertit Dr Bousso.

Selon le spécialiste tout événement où des personnes se retrouvent sont à risques. « Dr Abdoulaye Bousso de rappeler, néanmoins, les mesures qui ont été prises pendant ces événements rassemblant des personnes. Nous avons espoir qu’on n’aura pas peut-être cette deuxième vague. On n’est pas sûr. Mais nous nous préparons à toutes les éventualités », a-t-il dit.

Aidara KARARA

Tract

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20