Chaque pays s’invente sa stratégie de sortie face à la crise économique qu’engendre le coronavirus. La Namibie à jugé inopportun l’achat de nouveaux véhicules de la part des membres de son gouvernement. Ce, jusqu’en 2025. La mesure permettrait une économie de 200 millions de dollars. D’ailleurs, une consommation plus rationnelle du carburant a été décidée par le président.

Le gouvernement namibien a interdit aux membres du gouvernement d’acheter de nouvelles voitures jusqu’en 2025, une décision prise pour atténuer les effets de l’épidémie de coronavirus dans le pays.
Le président Hage Geingob, qui a fait cette annonce sur Twitter le jeudi 14 mai, a également imposé un plafond sur la consommation mensuelle de carburant des titulaires de charge publique.
Il a déclaré que la décision permettrait au pays d’économiser 200 millions de dollars namibiens (10,7 millions de dollars américains), qui seront consacrés “à des priorités urgentes, en particulier à un moment où le pays est confronté aux difficultés sanitaires et économiques de COVID-19”.
La déclaration:
«LE GOUVERNEMENT NE COMMANDERA PAS DE NOUVELLE FLOTTE DE VÉHICULES POUR LES PORTEURS DE BUREAU EXÉCUTIF ET PUBLIC POUR LA PÉRIODE 2020-2025.”
«DES ÉCONOMIES DE 200 MILLIONS DE DOLLARS DE NAMIBIE (ENVIRON 10,8 MILLIONS DE DOLLARS) SERONT VERSÉES À DES ZONES PRIORITAIRES URGENTES.»
Le pays d’Afrique australe de 2,5 millions d’habitants a enregistré jusqu’à présent 16 cas de COVID-19, sans décès.
Les ministres namibiens et leurs députés sont dotés chacun de véhicules de marque Mercedes-Benz lors de leur nomination. En 2002, le président de l’époque, Sam Nujoma, avait interdit l’utilisation de Mercedes-Benz, et a demandé que les ministres conduisent des voitures Toyota Camry

Tract.sn (avec média)

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20