ÉDITO – Coup tôt tiré : le trop prévisible « 5 à 7 » du Conseil constitutionnel sénégalais

0
310

ET DIT TÔT – Macky Sall, Khalifa Sall, Karim Wade, Ousmane Sonko, El Hadj Issa Sall, Madicke Niang et Idrissa Seck : 7 pour un fauteuil présidentiel? C’est en tout cas ce nombre de candidats qui a passé l’étape de validation des parrainages. Mais, ce chiffre est trompeur. Parce qu’après le prochain passage de la voiture-balai qu’est devenu le Conseil Constitutionnel sénégalais, ils ne seront plus que 5.

En effet, les « sages » doivent désormais valider les dossiers administratifs.On peut sans grand danger parier sa chemise que Karim Wade et Khalifa Sall, les deux cas K, seront rayés de la future liste définitive d’où devrait sortir celui qui sera élu le prochain président du Sénégal. Ceci nous donne l’occasion de railler le « 5 à 7 » des « sages », peu sages pour le coup. Comme l’on sait, un « 5 à 7 » est un rendez-vous entre 17h et 19h, entre la sortie du travail et le retour à la maison donc, où l’on retrouve dans un hôtel ou une alcôve, un partenaire de l’autre sexe qui n’est pas son conjoint légal. Le Conseil Constitutionnel, instauré pour sceller l’hymen entre le peuple et l’élu au poste suprême qu’il se choisit pour le diriger, est le premier à mettre un coup de canif dans le contrat de mariage qu’est l’élection présidentielle. Élection présidentielle qualifiée depuis fort longtemps par un vif esprit de : « rencontre (amoureuse) entre un homme et le peuple ». Oui, le « CC », qui est le témoin de mariage, peut être accusé d’adultère électoral au détriment de la belle mariée qu’est le peuple souverain.

A l’étape des parrainages, trois candidats étaient admis au repêchage. Mardi 8 janvier 2019, le Conseil constitutionnel a accepté les parrainages de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, de l’ex-cadre du Parti démocratique sénégalais Madicke Niang, mais il a rejeté – il en fallait plus de 53 000, il lui en manque 543 – ceux du leader du Grand Parti, Malick Gakou. Les candidats à la présidentielle se sont donc retrouvé au nombre de 7, pour ce premier set de cet âpre match.

Etre uniquement sénégalais, être électeur, vérification du quitus fiscal, du casier judiciaire : les membres du Conseil constitutionnel attaquent la seconde étape de leur sélection, et vont devoir trancher sous les cris d’orfraie prévisibles de l’opposition, qui estime que les les  deux figures importantes de leur camp que sont Karim Wade et Khalifa Sall ne doivent pas être empêchés de candidature pour raisons juridico-judiciaires. Mais rien n’y fera: le « CC » a montré qu’il tombe toujours du côté où il penche. Et ce côté-là, c’est bel et bien celui de la minorité présidentielle de 49% aux législatives de Benno Bokk Yaakar et de son lutteur fatickois Macky Sall, ci-devant président sortant.

Le Conseil constitutionnel doit diffuser une première liste d’ici la fin de cette semaine. Les futurs recalés, dont feront immanquablement partie Khalifa Sall et Karim Wade, pourront alors déposer leurs recours. La liste définitive des candidats à la présidentielle sera publiée au plus tard le 20 janvier, 35 jours avant le premier tour prévu le 24 février. 10 jours avant cette élection présidentielle, les « sages », dont nous présumons qu’ils ont un coeur, pourront fêter la Saint-Valentin. Espérons que cela soit avec leur(s) conjointe(s) légale(s) et non dans le cadre d’un « 5 à 7 ».

Damel Mor Macoumba Seck – Tract 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here


Suivez et aimez-nous: