« Décédé après des souffrances atroces et diagnostic erroné pour l’enfant Khadim », les Sénégalais de Catane (Italie) réclament justice

0
21
Douleurs de leur jeune compatriote confondues pour  des maux de ventre, 24 heures d’enfer pour Khadim et décès de l’enfant par arrêt cardiaque :  la communauté sénégalaise de Catane a  lancé un appel hier mercredi 12 juin. 

CATANE – « Nous le connaissions tous, c’était un enfant ami de tous, intégré, il était allé à l’école, Khadim était un Catanais à tous les égards, nous l’aimions, maintenant, nous demandons que justice soit faite pour lui ». Le message de la communauté sénégalaise est adressé au Procureur général de Catane, Carmelo Zuccaro, les amis de l’enfant décédé d’un arrêt cardiaque
–  Après un diagnostic de maux de ventre et trois visites à la salle d’urgence en 24 heures, ils font désormais confiance au travail de la magistrature, mais il y a beaucoup de colère pour ce qui s’est passé dans la salle d’urgence pédiatrique du Vittorio Emanuele de Catane .COLÈRE – « C’est un enfant sénégalais né à Catane – raconte Mbaye Moussaf  – il est catanais et nous avons une rage très forte à l’égard des services de santé de cette ville, une ville qui nous héberge et dans laquelle nous vivons depuis des années ». « Nous ne pouvons accepter – poursuit le leader de la communauté sénégalaise – que lorsque nous amenons l’un de nos enfants à l’hôpital, un code vert ou jaune est toujours attribué. Les enfants souffrent et parmi ceux qui se trouvent dans la salle d’urgence, il y a des personnes incapables, telles que celles qui n’ont pas compris que Khadim avait souffert et souffrait jusqu’au moment de l’arrêt cardiaque « .

AGONIE – Une souffrance atroce d’une durée de presque 24 heures. Une période interminable pour une famille désespérée qui s’est rendue à la salle d’urgence pédiatrique à plusieurs reprises et qui a été renvoyée à la maison avec l’hypothèse d’un mal de ventre présumé. « Ils ont dit qu’il n’y avait rien – explique la communauté sénégalaise – et qu’il n’avait qu’un virus, ils ont juste fabriqué un antidouleur. Après quelques heures, il a pleuré et ses parents l’ont ramené à l’hôpital. Ils l’ont fait attendre 40 minutes et à ce moment-là, ils ont commencé à chercher les veines du bébé. L’enfant était malade et n’arrêtait pas de pleurer, les parents étaient désespérés « .

Il sort pour la deuxième fois, mais continue de souffrir, il retourne à l’hôpital, les médecins lui donnent des ordonnances, mais les parents n’acceptent pas de quitter l’établissement. « Il y avait un médecin de garde – nous disent les Sénégalais – qui ne pouvait pas utiliser les machines, dont certaines ne fonctionnaient pas ».

MORT – Khadim a perdu la vie il y a trois jours, vers 20h30. « L’enfant – a commenté une des connaissances – était au bon endroit, il ne pouvait pas mourir, nous ne pouvions pas continuer à souffrir de telles choses. Nous sommes noits, pas stupides, nous ne pouvons pas accepter qu’ils l’aient renvoyé chez lui, car, faute d’aide, nous pouvons dire qu’il a été tué.  » Et maintenant, ils demandent tous justice.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez et aimez-nous: