Le FRAPP de Guy- Marius Sagna tire sur l’État : «Leur gestion de la pandémie est un corona-fiasco! »

0
290

Le Front pour une révolution anti impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP) de Guy – Marius Sagnaaccuse l’Etat de faire du « pilotage à vue de la gestion de l’urgence sanitaire décrétée par le président Macky Sall ».

« Le FRAPP avait pris ses responsabilités à temps et avait saisi la justice sénégalaise par une requête introduite le 21 avril 2020 pour interpeller les autorités politiques, scientifiques et médicales afin d’exiger de l’État du Sénégal de procéder à des tests de dépistage massif face au Covid-19. Le FRAPP a été convoqué le jeudi 04 juin 2020 à la Chambre administrative de la Cour suprême pour ce dossier l’opposant à l’État du Sénégal. Ce référé mesures-utiles était inscrit sous le numéro J/176/RG/20 », mentionne le FRAPP dans une déclaration.

Pour les activistes du FRAPP, « en ne procédant qu’à un nombre insignifiant de tests de dépistage, l’État du Sénégal mettait la vie des Sénégalais en danger. Avec la complicité de certains juges, le gouvernement Sénégalais n’a pas écouté le FRAPP. Pire, il est resté indifférent face à la nécessité d’augmenter sensiblement les tests ».

Aussi, Guy Marius Sagna et ses camarades clament qu’« aujourd’hui, l’histoire donne raison au FRAPP. Le nombre de cas confirmés augmente à un rythme toujours plus important. Pourtant le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr qui faisait le point sur la situation de la pandémie au mois de juin dernier avait déclaré : ‘Nous avons maîtrisé la maladie. Il y a une tendance baissière des cas positifs au Covid-19. Le Sénégal a atteint le pic de la maladie à la 11e semaine’. Depuis cette date, la tendance reste baissière, même s’il y a de nouveaux foyers de contamination qui ont vu le jour… ».

« Corona-comédie, corona-business, corona-clientélisme, corona-tapalé… »

Et de relever que « le ministre de la Santé n’a fait que réciter la leçon apprise auprès du Président Macky Sall qui en s’adressant à la nation le 11 mai, avait déclaré : ‘Déjà, 10 millions de masques ont été produits localement. Ils seront distribués dans les écoles, les lieux de culte, les marchés et les transports publics’. Depuis le mois de mars, le peuple ne voit que mensonge, déni, refus de reconnaître l’ampleur de la maladie, transformation d’une urgence sanitaire en urgence alimentaire, sécuritaire et entreprise d’enrichissement d’une bande de copains, corona-comédie, corona-business, corona-clientélisme, corona-tapalé… ».

Pour le FRAPP, il ne fait pas de doute que « l’Etat Sénégal gère cette crise sanitaire avec une irresponsabilité déconcertante en ne disant pas la vérité aux sénégalais. L’État du Sénégal est le seul responsable de cette situation dramatique que nous vivons. Les tests de dépistage massif deviennent une nécessité d’utilité publique alors que le FRAPP avait alerté jusqu’à introduire un recours en référé mesures utiles devant la Cour suprême ».

Accusant l’Etat de « tenter de cacher le bilan de l’échec » de la gestion du président de la République Macky Sall face au Covid-19, en se défaussant sur les citoyens, FRAPP affirme qu’« en réalité, le relâchement a été causé et amplifié par l’État. Les citoyens Sénégalais ont vécu sans mesures d’accompagnement. En lieu et place, une communication d’intimidation, des restrictions arbitraires des libertés, des bastonnades pendant plusieurs mois alors que les Sénégalais attendaient des mesures sanitaires de l’Etat ! ».

« Les citoyens dénégalais n’ont rien fait. Ils n’ont fait que suivre le relâchement des autorités politiques en commençant par le Président de la république qui a demandé aux citoyens de vivre avec le virus. Le Président Macky Sall gère la crise du coronavirus comme il a géré le pétrole, le gaz, nos deniers publics, l’éducation avec un taux d’échec de 64% au Baccalauréat… », dit le FRAPP.

Pour lui, « avant de situer la responsabilité des citoyens, l’Etat du Sénégal doit nous dire qu’est-ce qu’il a fait pour maitriser la situation. Comment il a géré les 1000 milliards des fonds Force Covid-19 ? C’est à l’Etat de prendre ses responsabilités (…). Le FRAPP exige de l’Etat du Sénégal la nécessité de mettre en place un autre système national de santé, démocratique et équitable au service de tous les Sénégalais y compris nos autorités ; un investissement massif d’urgence dans le secteur hospitalier, notamment l’érection de nouveaux hôpitaux de niveau 3 ; La distribution de masques gratuits à tous ; L’augmentation des tests ; La nationalisation et la réouverture de Médis Sénégal…».

Aidara KARARA

Tract

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20