La mort de George Floyd continue de faire fuser de partout de la colère, y compris dans le monde du sport mécanique. Louis Hamilton, s’est senti gagné par ce sentiment depuis qu’il a visionné le film de l’arrestation mortelle de l’ afro-américain de 46 ans. Ce qui lui a fait le plus mal, c’est le silence de la famille Formule 1.

Ecorché vif. Il y a deux jours, par le biais de son compte Instagram, Lewis Hamilton avait poussé un coup de gueule retentissant sur le silence du monde de la Formule 1 suite à la mort de George Floyd, un homme noir asphyxié la semaine passée lors d’un contrôle de police aux Etats-Unis. «Personne ne réagit dans ma discipline, la Formule 1, qui reste bien sûr un sport dominé par les blancs. Je suis l’une des seules personnes de couleur là-bas, et de toute évidence je le reste. J’aurais cru que maintenant vous verriez pourquoi cela se produit et que vous alliez en parler, mais vous ne pouvez pas vous tenir à nos côtés. Sachez juste que je sais qui vous êtes et que je vous vois.» Une indignation qui avait réveillé certains, à commencer par sa propre écurie, Mercedes, qui lui avait répondu : «Nous sommes avec toi, Lewis. La tolérance est un principe élémentaire de notre équipe et nous nous enrichissons par la diversité sous toutes ses formes. Nous accueillons et encourageons les personnes de toutes les races, cultures, religions, philosophie et modes de vies. Nous condamnons toute forme de discrimination et nous travaillons ensemble pour faire accélérer le changement.».

D’autres pilotes avaient également posté des messages suite au coup de semonce du sextuple champion du monde, qui s’est de nouveau exprimé ce mercredi dans un long message. En commençant d’abord par mettre des mots sur les sentiments qui l’habitent : «La semaine écoulée a été très sombre. Je n’ai pas réussi à garder le contrôle de mes émotions. J’ai ressenti tellement de colère, de tristesse et de stupeur face à ce que mes yeux ont vu. Je déborde complètement de rage à la vue d’un tel mépris pour la vie humaine. L’injustice que nous voyons envers nos frères et nos sœurs autour du monde est dégoûtante et DOIT cesser.».

Et Hamilton de poursuivre sa critique : «Beaucoup ont semblé surpris, mais pour nous, malheureusement, ce n’est pas surprenant. Ceux d’entre nous qui sont noirs ou métissés le voient tous les jours et ne devraient pas avoir l’impression d’être nés coupables, de ne pas avoir leur place, ni craindre pour leur vie à cause de leur couleur de peau. Will Smith l’a très bien dit : le racisme n’empire pas, il est juste filmé. Ce n’est que maintenant que le monde est très bien équipé en caméras, que ce problème a pu être mis en lumière à ce point. Ce n’est que lorsqu’il y a des émeutes et des cris pour la justice que le pouvoir se sent concerné et fait quelque chose, mais c’est bien trop tard et insuffisant. Il a fallu que des centaines de milliers de personnes se plaignent et que des bâtiments brûlent pour que les officiels réagissent et décident d’arrêter Derek Chauvin pour meurtre, et c’est triste.» Avant de conclure : «Je vous en prie, ne vous asseyez pas en silence, peu importe la couleur de votre peau. Black Lives Matter.

Tract.sn (avec média)

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20