[ Coronacrise ] : Des bâtons dans les roues de l’initiative citoyenne « Senemasques » de Marianne Bathily (DG d’EXP) ?

0
305

Marianne Bathily, directrice générale d’EXP, agence de marketing experientiel bien connue à Dakar, a aussi le don de s’engager dans de belles initiatives citoyennes. Senemasques, qui fêtait son premier mois, est la dernière en date. Il y a deux mois, le 22 mars, celle qui est la sœur de Bagoré Bathily, DG de la laiterie du Berger (une famille d’entrepreneurs ! Kaar Kaar…),  donnait son premier Kit de confection de masque et  faisait fabriquer les premiers échantillons à la Médina  de Dakar.

A la date du 23 avril, Marianne Bathily  avait distribué 487 kits à tous ceux qui se sont présentés à Ouakam du côté  de Dolima (Laiterie du Berger) .

Ce sont plus de 120 000 masques alternatifs lavables made in Senegal qui ont été fabriqués grâce à la cohorte de fabricants communautaires, mobiliséepar Bathily.

Les producteurs champions sont Bigué Seck et Karim Attieh, avec plus de 70 000 masques fabriqués industriellement.Mais à côté de cela, ce sont   plus de 50 000 masques qui ont été produits individuellement dans les quartiers de Dakar, Thies, St-Louis Kaolack, Richard Toll ….

Senemasque #mask4all s est depuis retrouvé avec plein d autres initiatives telles que « trente millions de masques pour 15 millions de Sénégalais », « 16 millions de masques » ou « 1 Sénégalais  masque » ou « 100 masques pour mon quartier » et tant d’autres !! … « Ces initiatives merveilleuses de resilience donnent foi en les capacités de notre pays et notre communauté à réagir devant la crise sanitaire inédite qui nous frappe ! », déclare Marianne Bathily.

Toutefois, une ombre plane désormais sur ce type d’initiatives : les masques barrières doivent maintenant être conformes à la norme dénommée ’’NS 15-014 : 2020’’ qui impose des ’’exigences minimales de confection et d’usage et méthodes d’essai’’. Ce sont deux département ministériels, le ministère du développement industriel et des petites et moyennes industries et le ministère du commerce et des petites et moyennes entreprises, ont pris ce vendredi, un arrêté conjoint, rendant obligatoire l’obtention de la certification NS-Qualité Sénégal, comme un préalable à toute confection de masques barrières.

Il s’agit d’’’une norme dénommée NS 15-014, adoptée par le comité technique sur la santé, entrée en vigueur et applicable sur toute l’étendue du territoire, avec des exigences minimales de confection et d’usage et méthodes d’essai’’, lit-on dans cet arrêté n°9450 du 24 avril 2020.

Désormais, ’’les masques barrières au sens de la norme NS 15-014, commercialisés ou offerts en don sur le territoire national sont soumis à certification avec la marque nationale de conformité NS-Qualité Sénégal, conformément au décret n°2002-746 du 19 juillet 2002 relatif à la Normalisation et au Système de Certification de la Conformité aux Normes’’.

Ainsi, les producteurs ou importateurs sont dès à présent tenus de ‘’disposer d’un certificat de conformité ou d’une attention de conformité à la norme, avant la mise sur le marché de leurs produits’’, des documents qu’ils ont l’obligation de présenter ’’à toute réquisition des services de contrôle ou d’inspection’’.

Selon l’arrêté, ’’le certificat de conformité ou l’attestation de conformité à la norme est délivré par l’Association Sénégalaise de Normalisation (ASN) ou par une organisation dûment, agréée. Et les modalités de délivrance, définies dans le règlement particulier de certification ASN/RP005 adopté par le Comité particulier de Certification’’.

Les deux ministères signalent que la distribution des produits non conformes à la norme est par conséquent interdite sur toute l’étendue du territoire.

Le directeur général de l’ANS, le directeur général des douanes et le directeur du commerce intérieur ’’sont chargés, chacun en ce qui les concerne, de l’exécution du présent arrêté qui sera publié au journal officiel de la république du Sénégal et partout où besoin sera ».

Un audit payant est demandé pour cette norme à tout fabricant : l’audit coûte 220.000 FCFA. Alors payer l’État pour pouvoir offrir des masques ? La Team Masques dit  « oui à la norme,  non au racket. » Et espère que l’État du Sénégal permettra aux initiatives bénévoles de se conformer aux normes sans avoir à payer. Cest le nouveau combat de la guerrière  Marianne Bathily sur le front de la lutte contre le coronavirus.

Tract