On polémiquer très certainement encore longtemps sur l’esclavage. D’aucuns minimisent les chiffres sur le nombre d’hommes et de femmes enlevés de force de leur continent ou terroir d’origine, d’autres nie carrément son existence. C’est le cas du Premier ministre australien qui déclare, en ces moments de manifestations contre le racisme systémique, que l’esclavage n’a jamais existé en Australie. Une bourde qui poussera ses compatriotes à lui rappeler l’histoire des aborigènes et autres populations de Papouasie nouvelle Guinée, réquisitionnés de force pour aller travailler dans les plantations.

En Australie, ceux qui manifestent sous la bannière « Black Lives Matter » pourraient être inculpés pour non-respect des règles de distanciation en ces temps de coronavirus, a affirmé ce jeudi 11 juin le Premier ministre. Des dizaines de milliers d’Australiens ont manifesté cette semaine pour dénoncer un « racisme systémique » dans leur pays et aux États-Unis. L’intervention de Scott Morrison a fait monter la colère d’un cran lorsqu’il a affirmé que l’esclavage n’a jamais existé en Australie.
« Mes ancêtres faisaient partie de la première et de la seconde flotte de bateaux à être arrivées en Australie. L’endroit était brutal, mais il n’y avait pas d’esclavage ». Ces propos du Premier ministre conservateur Scott Morrison ont été dénoncés à la fois par des historiens, des militants et des politiques.
« Le Premier ministre devrait se renseigner sur l’histoire du pays qu’il tente de diriger », a ironisé la sénatrice travailliste Malarndirri McCarthy. L’esclavage a été pratiqué en Australie au XIXe siècle, et pour certains endroits jusqu’au milieu du XXe, même s’il n’était pas reconnu comme tel, comme le travail forcé et non rémunéré imposé aux prisonniers et aux populations aborigènes (hommes femmes et enfants). Des habitants des îles du Pacifique (Vanuatu, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Calédonie) ont également été amenés par milliers par bateaux pour servir de main-d’œuvre bon marché dans les plantations de canne à sucre – sachant que certains avaient été enlevés.
C’est dire si le mouvement « Black Lives Matter » rencontre un écho certain en Australie, où des dizaines de milliers de personnes ont manifesté cette semaine, mettant l’accent sur le nombre anormalement élevé de morts en prison pour les populations indigènes.
Scott Morrison a accusé les manifestants d’enfreindre les règles de distanciation en ces temps de coronavirus, de mettre en danger le redémarrage de l’économie et, ce faisant, de manquer de respect envers les autres habitants.

Yrqct.sn (avec média)

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20