Alors que les États-Unis ne sont pas encore sortis du cauchemar de l’affaire Floyd, voici qu’une autre personne d’une quarantaine d’années, fils d’un diplomate gambien et par ailleurs travaillant pour le PNUD, tombe sous les balles de la police, dans l’Eat de Géorgie. Pour l’instant, la version fournie pr la police à été rejetée. Et le père de la victime annonce qu’il va engager un médecin légiste pour une autopsie qui fournirait les vraies causes de la mort de celle-ci. Le gouvernement gambien, de son côté, a demandé des explications claires sur les circonstances de ce drame.

Momodou Lamin Sisay, le fils d’un ancien diplomate gambien a été tué vendredi par la police américaine dans la ville de Snellville, selon le Georgia Bureau of Investigation (GBI).
Après une poursuite en voiture, Lamin Sisay a reçu des coups de balle qui ont eu raison de lui. Il a été déclaré mort sur les lieux. L’homme de 39 ans, a plus tard été identifié comme le fils de Lare Sisay, un diplomate gambien, qui travaillait également pour le Programme des Nations Unies pour le développement.
Selon les informations livrées dans un communiqué par le GBI, les policiers l’avaient poursuivi, après qu’il n’a pas réussi à s’arrêter, alors qu’ils tentaient de l’arrêter pour une violation d’étiquette de véhicule.
Lorsque la voiture s’est arrêtée après une longue course avec la police, Sisay aurait pointé une arme et commencé à tirer sur l’un des agents qui s’était approché du véhicule. Mais des amis auraient rejeté cette version des événements et appelé des témoins à se manifester.
«Nous procéderons à une autopsie indépendante et nous voulons faire appel à un enquêteur privé pour enquêter sur les circonstances de sa mort et, si nécessaire, engager un avocat pour poursuivre la police d’État de Géorgie. Nous n’allons pas laisser tomber », a déclaré Lare Sisay, le père de la victime, ancien employé de l’ONU et diplomate gambien, cité par le journal The Point.
Lare Sisay a en outre décrit son fils comme «un jeune homme très pieux et discipliné dont la vie a été brutalement interrompue».
Le gouvernement gambien a pour sa part « demandé à l’ambassade de Gambie à Washington DC d’engager les autorités américaines compétentes, y compris le département d’État, à mener une enquête transparente, crédible et objective sur la question », le mardi dernier.
Notons que les États-Unis sont sous forte tension depuis la mort la semaine dernière d’un homme noir, Georges Floyd causée par des agents de la police de Minneapolis.

Tract.sn (avec média)

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20