Fureur des fondamentalistes au Pakistan : la chrétienne condamnée à mort pour blasphème finalement acquittée

0
27

La Cour suprême du Pakistan a acquitté ce mercredi 31 octobre en appel la chrétienne Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème en 2010. Son cas avait suscité l’indignation à l’étranger et des vagues de violence dans le pays.

Mère de cinq enfants, elle avait été condamnée à la peine capitale après  une dispute avec une musulmane au sujet d’un verre d’eau. Cette voisine reprochait à Asia Bibi d’avoir « sali » de l’eau en la buvant, ce à quoi elle était accusée d’avoir répondu par un blasphème. La loi pakistanaise prévoit jusqu’à la peine de mort pour les personnes reconnues coupables d’offense à l’islam.

« Vous êtes un être humain libre »

« Elle a été acquittée de toutes les accusations », a déclaré le juge Saqib Nisar lors de l’énoncé du verdict, ajoutant que Asia Bibi, actuellement incarcérée, allait être libérée « immédiatement ». Saif ul-Mulook, l’avocat de la mère de famille emprisonnée, a aussitôt appelé sa cliente au téléphone pour lui annoncer la nouvelle depuis le tribunal. En présence d’un journaliste de l’AFP, il lui a annoncé :

« Avez-vous entendu que vous êtes un être humain libre à présent ? Vous pouvez prendre votre envol et aller où vous voulez. »

Ce à quoi elle a répondu, avant de se répandre en remerciements :

« Quoi ? vraiment ? Je ne sais pas quoi dire. J’avais rêvé que les murs de la prison s’effondrent. »

En pratique, la libération de Asia Bibi pourrait prendre plusieurs jours en raison de procédures bureaucratiques, a indiqué l’avocat. Il s’est toutefois réjoui :

« Le verdict montre que les pauvres, les minorités et la fraction la plus modeste de la société peuvent obtenir justice dans ce pays en dépit de ses défauts. »

Fureur des fondamentalistes

L’annonce du verdict a cependant suscité la fureur des milieux religieux fondamentalistes qui appelaient de longue date à son exécution et provoqué des manifestations dans plusieurs villes du pays.

« Cette décision envers une blasphématrice n’est pas de bon augure pour le pays », a ainsi estimé Maulana Abdul Aziz, imam de la Mosquée rouge, un haut lieu de l’islam radical à Islamabad.

« C’est une décision extrêmement injuste, cruelle, totalement détestable contre la charia. »

Des centaines de manifestants ont commencé à se rassembler quelques heures avant l’annonce du verdict en différents endroits du pays, bloquant plusieurs artères, brûlant des pneus et criant des slogans hostiles à la justice. Ils étaient environ un millier, armés de bâtons, à l’entrée d’Islamabad, a constaté l’AFP. Dès mercredi matin, la capitale avait été placée sous haute sécurité, et certaines écoles ont été fermées.

Le blasphème est un sujet particulièrement sensible dans ce pays très conservateur où l’islam est religion d’Etat. Des appels à changer la législation ont souvent donné lieu à des violences et ont été rejetés. En 2011, un ancien gouverneur du Pendjab, Salman Taseer, avait été abattu en plein cœur d’Islamabad après avoir pris la défense d’Asia Bibi. Les défenseurs des droits de l’homme voient à l’inverse en Asia Bibi un emblème des dérives de la loi réprimant le blasphème, souvent instrumentalisée, selon ses détracteurs, pour régler des conflits personnels.

Depuis sa condamnation, son cas a eu un retentissement international, attirant l’attention des papes Benoît XVI et François. L’une de ses filles a rencontré ce dernier à deux reprises. Partout dans le monde, des personnalités politiques se sont félicitées de sa prochaine libération.

(Avec AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here


Suivez et aimez-nous: