[Grand écran] Attentats du 11 septembre: « Désigné Coupable », l’histoire d’un Mauritanien accusé à tort

0
37
PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE Mohamedou Ould Slahi, ex-prisonnier de Guantánamo, en 2016 à Nouakchott, en Mauritanie

Le film basé sur une histoire vraie, raconte les 14 ans de prison du Mauritanien Mohamedou Ould Slahi, accusé à tord d’être lié au groupe terroriste Al-Qaïda. 

Avec AP et AFP

C’est une histoire incroyable, et pourtant vraie. L’histoire de Mohamedou Ould Slahi, un Mauritanien suspecté de terrorisme, enfermé pendant 14 ans dans la prison américaine de Guantanamo. « Désigné Coupable« , n’est qu’un récit parmi des centaines d’accusés à tort dans une chasse aux responsables des attentats du 11 Septembre. Une traque guidée par des préjugés, qui subsistent encore aujourd’hui.

« Je veux que les gens aillent voir le film peut-être avec les préjugés qu’ils pourraient avoir sur un musulman accusé de terrorisme et qu’ils en ressortent en étant tombés amoureux de lui. Qu’ils réalisent que c’est un être humain aussi chaleureux, aussi intelligent, aussi sympathique que n’importe qui que vous pourriez rencontrer« , explique le réalisateur, Kevin Macdonald.

Accusé à tord par le gouvernement américain, Mohamedou Ould Slahi, arrêté dans son pays avant d’être remis aux autorités américaines, va être gardé en détention, sans preuves pendant 14 ans. Une histoire qui a séduit l’acteur français d’origine algérienne Tahar Rahim.

 

« Je ne vois pas cela très souvent à l’écran – un personnage du Moyen-Orient ou de l’Afrique du Nord ou un musulman- représenté ainsi, comme un être humain avec des défauts, avec de bons côtés, avec cette résilience – on voit beaucoup de choses. Et pour moi, vous savez, je n’ai vu qu’un personnage. Pas un personnage de là ou de là bas – c’était juste un rôle magnifique. Et je voulais lui rendre justice aussi » explique Tahar Rahim, qui incarne le premier rôle du dernier film du réalisateur Kevin Macdonald.

Nominé aux prestigieux Golden Globes dans la catégorie demeilleur acteur dans un film dramatique, Tahar Rahim a vécu son tournage le plus intense. Privation de nourriture, simulation de noyade… Des sacrifices nécessaires pour une histoire hors du commun.

L’actrice américain Jodie Foster, qui lui donne la réplique, a elle aussi été nominé dans la catégorie Meilleure actrice dans un second rôle.

A retrouver en salles, dès le 12 février.