Accueil A la Une « Il construit des beaux projets inutiles, il signe des contrats aux Français...

« Il construit des beaux projets inutiles, il signe des contrats aux Français et il n’a aucun scrupule à recourir aux achats de conscience »

0
101

La victoire de Macky Sall, le «président bâtisseur» selon ses thuriféraires, a été confirmée hier jeudi. Malgré les nombreux travaux engagés lors de son premier mandat, beaucoup de Sénégalais estiment que ces réformes ne profitent qu’à une part privilégiée de la population.

Il n’aura pas échappé à la règle. Comme tous ses prédécesseurs, Macky Sall effectuera un second mandat. Le président de la Commission nationale de recensement des votes sénégalaise a annoncé jeudi sa réélection dès le premier tour. Le sortant a recueilli 58,3% des voix, contre 20,5% pour son vieux rival Idrissa Seck et 15,7% pour le jeune député «dégagiste» Ousmane Sonko, selon des résultats provisoires. Les quatre autres candidats ont annoncé qu’ils «rejetaient fermement et sans aucune réserve» ces résultats du scrutin de dimanche. Quand les chiffres définitifs seront publiés par la Cour constitutionnelle – une formalité puisque l’opposition ne compte pas introduire de recours -, il ne faut sans doute pas s’attendre à un discours flamboyant, triomphal, de la part de Macky Sall. Celui que l’on surnomme «Niangal» Sall («le sévère») n’est pas homme à faire étalage de ses émotions. S’il maîtrise à merveille les rouages de la politique, la campagne en elle-même, dans sa partie «scénique» du moins, n’est pas son fort. On l’a vu presque affolé, la semaine dernière, en meeting dans une banlieue de la capitale, devant les mains avides de gamins surexcités qu’il a dû serrer devant le podium (une discrète distribution de baffes s’en est suivie loin des caméras). La plupart du temps, le président-candidat lisait des notes derrière son pupitre. Il a refusé de participer à un débat avec les autres candidats. «Il était fatigué pendant sa tournée, bien plus qu’en 2012, décrit Gaston Mansaly, qui a suivi ses deux campagnes pour le quotidien sénégalais Libération (aucun lien de parenté). Mais de toute façon, ce n’est pas un homme très jovial, et la foule n’est pas son truc. Il est dans la retenue, je pense que c’est lié à son enfance, à ses origines modestes.»

Macky Sall est né le 11 décembre 1961 dans un pays indépendant depuis un an, d’un père manœuvre dans la fonction publique et d’une mère vendeuse ambulante d’arachides – comme des dizaines de milliers de femmes sénégalaises. Il a grandi et commencé à militer à Fatick, avant de rejoindre l’université de Dakar et de flirter avec les mouvements étudiants maoïstes.

Le Peul polyglotte (il parle le peul, le sérère, le wolof, le français et l’anglais) y suit un cursus d’ingénieur-géologue, complété par une formation à l’Institut français du pétrole à Paris, et se rapproche, en 1989, du Parti démocratique (PDS) d’Abdoulaye Wade, dont il gravit rapidement les échelons. Lorsque son bouillonnant mentor détrône le socialiste Abdou Diouf à la présidentielle de 2000, réalisant la première alternance de l’histoire du pays, Macky Sall, 39 ans, est déjà un apparatchik. Il sera nommé directeur général de la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen) en 2000, puis ministre des Mines, ministre de l’Intérieur, Premier ministre et président de l’Assemblée.

Revanche

C’est à ce poste que va s’opérer la rupture avec son père politique, le président Wade, figure tutélaire du camp dit «libéral». Macky Sall commet un crime de lèse-majesté en convoquant le fils du «Vieux», Karim Wade, à une audition devant les députés – au sujet de sa gestion jugée opaque de l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique. Les foudres du chef de l’Etat s’abattent sur son ancien protégé, qui claque la porte du PDS en 2008. Depuis son fief de Fatick, il forge patiemment son propre parti, l’Alliance pour la République, en ratissant les zones rurales qu’il connaît bien et en tissant un réseau de notables mécontents de Wade. En bon géologue, Macky Sall sait qu’il doit atteindre les «couches profondes» de la société pour construire une machine politique efficace.

Contre toute attente, le banni prend sa revanche quatre ans plus tard, en agrégeant toute l’opposition derrière lui au second tour pour battre le même Abdoulaye Wade, candidat à un troisième mandat. L’ingénieur discret pour remplacer le volcanique avocat. Un président normal, que la presse s’amuse à dépeindre en «François Hollande sénégalais». Quasi inconnu sur la scène internationale, Sall promet une gouvernance sobre et appliquée. Il commence par faire le ménage dans les agences de l’Etat jugées superflues et réduit le nombre de ministres.

Wade était surnommé le «pape du Sopi» («changement»), lui n’a que le mot «émergence» à la bouche. A sa manière, pragmatique, besogneuse, Macky Sall s’attelle aux réformes économiques. Il dessine un cadre, le «plan Sénégal émergent», pour atteindre ses objectifs. Les grands travaux se multiplient. Une gigantesque ville nouvelle, Diamniadio, sort de terre à une trentaine de kilomètres de la capitale, saturée par l’exode rural, pour accueillir des pôles ministériels, un palais des sports, un marché de gros, des immeubles de bureaux… Un TER, dont la mise en service est prévue cette année, la reliera à Dakar. Quelque 180 kilomètres d’autoroute sont déroulés jusqu’à la cité sainte de Touba, épicentre de la puissante confrérie mouride. Une compagnie aérienne, Air Sénégal, voit le jour. «Macky» inaugure fin 2017 un nouvel aéroport international (dont le chantier avait été engagé par son prédécesseur) et, le mois dernier, le pont Sénégambie, vieux projet dormant dans les cartons depuis quarante ans, pour rattacher la région enclavée de Casamance au reste du pays. Partout, il assainit, rénove, creuse, coule du béton, et coupe des rubans, bien sûr.

Frénésie

Le président bâtisseur entame également une ambitieuse réforme de la politique énergétique en donnant la priorité au renouvelable. Il implante quatre centrales solaires (d’une capacité totale de 100 MW) et prévoit la construction d’un parc éolien (150 MW). Mais le Sénégal part de loin. Les énergies renouvelables représentent aujourd’hui 20% du mix électrique (contre 10% au début de son mandat) et la moitié des Sénégalais n’ont toujours pas accès à l’électricité. Sur le plan agricole, Macky Sall échoue à atteindre l’autosuffisance alimentaire en riz (1,6 million de tonnes) mais parvient à doubler la production nationale (1,1 million de tonnes en 2017).

Les bailleurs de fonds internationaux adorent ce président à la tête d’un des rares pays d’Afrique de l’Ouest épargné par le jihadisme. Boostée par cette frénésie d’infrastructures, la croissance du Sénégal atteint 6,8% en 2018. Le FMI prédit même une croissance à deux chiffres pour 2020. Les promesses initiales de sobriété ont été jetées aux orties : le budget de l’Etat explose et plus de 80 personnalités ont désormais le rang de ministres (dont la moitié de «ministres conseillers»). Mais le Président a su garder son pays dans les clous de la stabilité budgétaire, avec un déficit ramené à 3,5% en 2018.

«Le gros problème, c’est que les Sénégalais ne voient pas les fruits de cette croissance. L’aéroport, Diamniadio, le TER, ce n’est pas pour eux, estime Moussa Diaw, politologue à l’université Gaston-Berger de Saint-Louis. Ils se débattent toujours dans la grande pauvreté, ont des problèmes de santé, d’accès à l’eau potable, bref de survie.» Sur le plan social, les bourses familiales (150 euros par an pour 300 000 familles démunies) mises en place par Macky Sall sont largement considérées comme «un outil de clientélisme», affirme le chercheur. Le Président lui-même a reconnu que la redistribution viendrait dans un «second temps», répétant pendant la campagne que la priorité serait désormais donnée à l’emploi des jeunes.

Le géologue est aussi un chanceux. En 2014, un vaste gisement de pétrole et de gaz offshore a été découvert au large des côtes sénégalaises et mauritaniennes. Son exploitation, prévue pour débuter en 2022, va doper les ressources de l’Etat. Même si la production d’hydrocarbures, une première pour le pays, représente un immense défi : elle menace le secteur de la pêche, comporte des risques de pollution, de corruption…

Méfiance

Le Président abordait donc cette campagne en position de force, infrastructures et économie en bandoulière. D’autant que ses deux principaux adversaires, Karim Wade et Khalifa Sall, le maire de Dakar, ont été opportunément écartés de la course en raison de leurs déboires judiciaires. Le premier a été condamné en 2015 pour «enrichissement illicite» avant d’être gracié et de s’exiler au Qatar. Le second purge une peine de cinq ans de prison pour «escroquerie aux deniers publics». L’opposition n’a cessé de dénoncer des procès politiques.

«Les nouvelles règles du jeu électoral ont renforcé la défiance à l’égard du pouvoir, poursuit Moussa Diaw. Le redécoupage des circonscriptions et, surtout, la modification du fichier électoral se sont faits sans concertation. Ce climat de méfiance explique le cafouillage de la nuit du scrutin.» Dimanche, quelques heures après le vote, les opposants Idrissa Seck et Ousmane Sonko ont vite annoncé qu’un second tour était selon eux «inévitable». Le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, a immédiatement répondu que Macky Sall avait récolté «au moins 57%» des suffrages. Une guerre des chiffres mal vécue par la population, qui s’est massivement mobilisée pour le scrutin (près de 66,2% de participation, un record) malgré l’appel au boycott d’Abdoulaye Wade, 92 ans.

«Le Vieux est de l’histoire ancienne. Macky, c’est le présent et même le futur ! Il s’est déjà remis au travail je suis sûr, il est comme ça », rit Thiernou Seydou Sall, en découpant la viande d’un shawarma dans un fast-food de Dakar.«On l’aime pour ça, Macky. Il n’est pas tout le temps à la télé, il travaille dur, ça plaît aux Sénégalais.» Awa, 47 ans, bout en attendant son sandwich. «Il construit des beaux projets inutiles, il signe des contrats aux Français et il n’a aucun scrupule à recourir aux achats de conscience, explose-t-elle. Ce n’est pas un jour heureux pour notre démocratie.» Thiernou lui rend la monnaie. «On est ensemble ?» Large sourire de l’intéressée : «On est ensemble, bien sûr. Ça sera pour la prochaine fois.»

Avec Libération.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here


Suivez et aimez-nous:
error: Content is protected !!