Intox du quotidien Libération qui prétend que Karim Wade « a écrit pour renoncer à sa nationalité française »

0
33

Proche du pouvoir Sall et créature de son thuriféraire Yakham Mbaye, par ailleurs directeur du quotidien d’Etat Le Soleil, le journal Libération titre aujourd’hui sur la renonciation oar Karim Wade de sa nationalité française. Ce qui selon le Libération de nos tropiques est le signe que « Karim Wade est déterminé à participer à la prochaine présidentielle, malgré le rejet de son inscription sur les listes électorales ».

C’est ainsi que Libération, certainement pris par un coup de soleil rapporte que « le candidat de la coalition Karim Président 2019 a écrit aux autorités françaises pour demander à être déchu de sa nationalité française. Ce, pour se conformer à la loi sénégalaise qui dispose que les candidats à la présidentielle doivent être de nationalité exclusivement sénégalaise. » Ces affirmations de Libération de sont pas fondées. Personne n’a besoin d’être exclusivement de nationalité sénégalaise pour obtenir un certificat de nationalité sénégalaise, s’il l’est par un de ses deux parents, ce qui est le cas de Karim Wade. Si Karim Wade a écrit aux autorités françaises pour renoncer à sa nationalité, ce n’est certainement pas à la date actuelle que cite Libération. A quelles autorités a -t-il écrit d’ailleurs ? A l’ambassade de France à Dakar? A l’ambassade de France au Qatar où il réside ? Au ministère français de l’Intérieur ou à celui des Affaires Étrangères  Autant de nébuleuse pour un article qui est un infox.

Libération d’avance à dire que la demande de renonciation française de Karim Wade « a été satisfaite » : chose qu’il est rigoureusement impossible de savoir sauf pour l’intéressé, car les dossiers de nationalité relèvent de la stricte vie privée en France et ne peuvent faire l’objet de communication à des tiers, ni même de publication au Journal officiel. Libé se sera un peu trop libéré….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here


Suivez et aimez-nous: