Saison 2

Inventaire des Idoles : « Nouha Cissé, l’école de la ville » (Par Elgas)

1
239
Nouha Cissé

Il est resté pratiquement inchangé, au fil des années, le lycée Djignabo de Ziguinchor. Dans le prolongement de l’hôtel Néma Kadior, sur la route de l’aéroport de la ville, adossé au quartier du Château d’eau. Un bâtiment collé à une autre adresse connue de la ville : le stade omnisport de Néma. Etalé sur quelques hectares, avec ses blocs de ciment beige, arbitrairement disséminés et délavés par les pluies. Des générations de Casamançais y ont fait leurs humanités. Le lycée défie les âges, et on ne le parcourt pas sans une petite émotion, très souvent une grande fierté que booste chaque parcelle de ce mobilier qui a été si familier. Récemment, le ministère de l’éducation nationale a consenti à quelques investissements pour refaire la plaque de l’entrée. Exit la rouille qui avait entamé l’ancienne plaque, les inscriptions désormais trônent en lettres capitales, bien visibles à l’entrée, où le responsable de la sécurité filtre le trafic des élèves et veille au respect du port de l’uniforme, institué depuis 2004. A l’intérieur, une vaste esplanade sablonneuse, des arbres plus rares ; deux terrains de foot, un à l’entrée, un autre à l’arrière ; un plateau de Handball, de Basket et un dojo, un peu plus loin. Seul le fromager géant, immortel, offre son ombre à la démographie galopante de ce lycée qui a atteint un pic de 5000 élèves, avant de se stabiliser, selon les chiffres du site de l’école, à 3800 élèves. Depuis plus d’un siècle, le lycée est devenu un des fiefs de la ville : la fabrique par excellence de ses esprits, le lieu-témoin des tourments de la cité du sud et le chaudron de ses émotions populaires.

Une entière carrière au lycée

Quand Nouha Cissé, son proviseur de 1992 à 2010, y arrive pour la première fois, nous sommes en 1963, c’est en tant qu’interne, titulaire d’une bourse. Orphelin, ayant perdu ses parents, très jeune, à force de mérite et de courage, il se hisse à hauteur de cet établissement prestigieux, qui cumule alors deux registres : celui d’école de formation des instituteurs et celui de l’enseignement général, premier et second cycle. C’est à Amadou Mactar Mbow, secrétaire d’Etat à l’éducation nationale, que l’on doit la création de cette école de formation pour décongestionner celle de Mbour qui accusait un trop-plein de demandes. En 1957 l’école voit donc le jour, dirigée tour à tour par le Haïtien au fort tropisme sénégalais, surveillant plus tard du célèbre lycée Van Vollenhoven : Joseph Zobel. Nouha Cissé y gravit les échelons très vite. Il se souvient de l’ambiance studieuse, de la grande qualité de l’enseignement et surtout de l’investissement des professeurs. Le lycée ne tarde pas à se hisser à un niveau de prestige, jusqu’à la séparation des régimes qui voit le collège de Ziguinchor devenir un établissement d’enseignement secondaire à part entière en 1966 et lycée en 1974.

Lui poursuit son chemin à l’université de Dakar où il s’inscrit en histoire. Diplôme en poche, il est reçu à l’école normale supérieure, d’où il sort professeur d’enseignement secondaire en histoire et géographie. Il revient au bercail. De 1978 à 1992, il y enseigne la discipline avec passion et application, témoin d’un lycée devenu le cœur du réacteur dans la fabrique des élites du sud. Les très bons résultats qui font de l’établissement un des 7 meilleurs lycées du pays, on les doit « aux grands enseignants, au cours de renforcements généralisés, aux heures supplémentaires, qui étaient dans l’habitude et la tradition. », évoque-t-il avec une nostalgie dans la voix. Ce témoignage est devenu presque un marronnier il faut dire. Il suffit d’écouter les confidences de cette génération des années 50, pour s’émouvoir de cette qualité, que tout le monde semble regretter. Si chaque génération, dans son arrogance coutumière, semble condamner les suivantes, on peut ici noter une certaine unanimité, l’enseignement national est un grand cadavre qui souffre, le chiffres et les témoignages de membre du personnel en attestent. Effet contextuel sans doute, le cadre porteur de ces années déifie le savoir. Au savoir-faire éprouvé des professeurs, issus d’un moule rigoureux de formation, s’ajoutent un goût et une passion pour la transmission, qui tiennent du respect de la vocation. A chaque échelle, l’exigence était le maître-mot.

Le lycée Djignabo, une aubaine et une « prison »

Plus qu’un symbole, le lycée deviendra vite un théâtre majeur de la vie de toute une région, éclaboussé par les péripéties politiques. D’abord, le boom démographique qu’il connaît dans les années 60, aide à comprendre les développements ultérieurs. Nombres d’étudiants du Sud devaient pour poursuivre leur cursus gagner le nord, trouver des familles de tutelle. Souvent le manque de relais, de connaissances, a ainsi condamné nombre d’élèves brillants à des renonciations, à trouver des accueils à Dakar et à Saint-Louis. Dès cette période commence à naître le sentiment d’une relégation géographique, qui gagne l’opinion dans la cité. L’ouverture du lycée, à la fois aubaine et urgence, concentre d’autres types de problèmes, en particulier l’importance des effectifs, avant l’ouverture d’autres collèges et lycées, à partir des années 70. Cette « massification » porte un avantage et un inconvénient : il satisfait le besoin d’absorption de la demande, mais il est vite rattrapé par la congestion.

Tout autour du lycée, dans les villages, comme dans le cœur de la conversation politique, un sentiment germe et s’épanouit. Les injustices subies, la spoliation des terres orchestrée par le maire d’alors, Abdoulaye Sy, l’indicible sensation d’être détaché de l’ensemble national, ne tardent pas à gagner le lycée où les échos rencontrent l’appétit politique des élèves. Un fait dramatique accélère alors le processus. Nous sommes en 80, la grève des élèves pour de meilleures conditions d’étude, est réprimée dans la violence. Idrissa Sagna perd la vie le 11 janvier 1980. A l’émotion, s’ajoute une radicalisation de l’opinion de ses collègues. Toutes les frustrations tues explosent alors, et le proviseur, Mouhamadou Sow London, est exfiltré d’urgence. Deux ans après, en 1982, c’est le début officiel du conflit casamançais : une déflagration consécutive à plusieurs épisodes, le lycée ayant abrité ou couvé certains d’entre eux.

Un long mandat, un bilan convenable

C’est en plein milieu du conflit, alors dans sa phase moins intense, que Nouha Cissé arrive à la tête du navire. Le lycée est alors un grand sanctuaire, qui rivalise avec les meilleurs lycées du pays. Il se comporte bien dans les concours généraux, baromètre national de la compétition entre écoles. Nouha Cissé se souvient des noms devenus légendaires, Koho Manga, élève si brillant qu’un bruit de couloir l’avait envoyé comme expert à la Nasa. Le crack devient ingénieur en France. Même trajectoire ou presque, il y a aussi Abdou Salam Diédhiou, cadre chez Areva. Ou encore plus récemment, Amadou Diallo, qui en 2000 avait décroché le premier prix de mathématiques au concours général, et conseille actuellement le président de la république Macky Sall. Tous ces noms sont devenus des mythes, des noms que les élèves se transmettent, comme des idoles immortelles, qui ont écrit les belles pages du lycée et à qui ils doivent une forme de révérence. Nouha Cissé qui administre et coordonne tout ceci, est un homme dynamique et énergique. De petite taille, le crâne rasé et blanchi, avec un petit bouc bien taillé, et une barbe cendrée en petit sillon qui relie la bouche et le menton. Avec sa démarche fière et son pas rapide, il se fait vite une réputation de charisme à toute épreuve que les élèves admirent et craignent. Les professeurs le respectent. Et pour cause, l’homme aime la discipline et la rigueur. Quand il pénètre dans les classes pour donner son speech de motivation aux classes de terminale pour le baccalauréat, ou quand il donne des conférences, les salles sont captées par son éloquence, forgée par une érudition à toute épreuve. Les murmures admiratifs des élèves, dès qu’il sortait, venaient prouver encore la séduction qu’il exerçait.

La gestion du proviseur Nouha était bâtie sur la confiance, la discipline et un goût pour l’excellence qu’il a longtemps pourchassé en idéal, avant de devoir constater vers la fin de son mandat, le délitement qui avait cours. Il était accompagné dans sa mission par un organigramme épuré : un intendant pour les questions logistiques, un censeur dans le rôle du « méchant », et lui-même, coordinateur de cet ensemble. En 2002, quand je suis arrivé au lycée, son aura nous habitait encore. On sentait qu’on arrivait dans la cour des grands et qu’il y avait un héritage à entretenir. Élève taquin, je me souviens m’être fait gronder par le proviseur, pour avoir mis de travers mon uniforme. Il m’avait alors sermonné, lui qui était un ami proche et cher de mon père. A cette époque le lycée avait bien commencé sa chute. Le nombre de lauréats au concours général s’amenuisait, et seuls deux trophées pour l’émission culturelle Beur Gui en 2004, et quelques autres distinctions, venaient réveiller un lycée qui était entré dans la torpeur, les épaules trop frêles pour supporter le poids de l’histoire. Pourtant, les équipes pédagogiques, les professeurs, gardaient à l’époque une grande qualité et le lycée oscillait entre l’ombre de son ancien prestige et la réalité de son impuissance.

Le lieu du premier engagement citoyen et politique

Plusieurs clubs (anglais, EVF – éducation à la vie familiale, …), le foyer scolaire, le conseil consultatif, sont alors, comme dans beaucoup de lycées du pays, les derniers sanctuaires de l’apprentissage du syndicalisme et de l’engagement politique. Le lycée vit au rythme des grèves contre les conditions qui se dégradent. Son « écran », une scène surélevée, au centre du parvis, devient le théâtre des discours enfiévrés des élèves grévistes, en même temps que le lieu où l’on proclame les résultats du bac, dans une scénographie propre au lycée. Le MFDC y a tenu plusieurs de ses assises dans la quête perpétuelle d’une paix. A force de péripéties, le lycée incarne un symbole : la métaphore d’un lieu à la vie monotone comme le conflit casamançais, une extinction, à coup de fatigue, de lassitude. Seuls viennent perturber cette sinistre tranquillité, les taux de réussite du Bac qui rappellent l’urgence de la situation, en passant sous la barre des 50 %.

« Une vie d’épreuve et d’engagement multiples »

Nouha Cissé, lui, est parti de Djignabo – ce résistant du Sud qui a donné son nom au lycée – pour d’autres horizons. Il a fait sa part. Dans son quatre-quatre, il sillonne la ville, dont il admire les ruines poétiques. Porté sur l’exercice sportif, il marche, s’entretient. La soixantaine énergique. Affable, généreux, partageur. Il est un agent de liaison dans les lieux forts de la culture, comme l’alliance franco-sénégalaise de Ziguinchor. Devenu facilitateur et accompagnateur des misions pour la paix, sa formation d’historien l’aide à proposer une « intelligibilité du conflit ». Jusqu’au récent drame des coupeurs de bois tués [i], c’est un observateur averti qui permet de comprendre un demi-siècle de vie politique et intellectuelle, un conflit, une école. Jusqu’à l’autre école sportive du Casasport, le club phare de la ville, qui vit son engagement précoce. D’abord en 1981 comme membre du comité directeur, il est chargé – avec Halassane Gassama, autre figure de la ville – de la commission culturelle du club. A deux, ils créent le « Journal du Casasport », un journal improvisé, dont il est l’éditorialiste, et son ami le rédacteur en chef. Les derniers exemplaires de ce canard, rongés par l’humidité, peignent l’épaisseur intellectuelle de tout une période, où tout était pensé, articulé, écrit. On note alors les plumes, avec la langue des professeurs de lettres et d’histoire, une langue châtiée et surtout, des idées qui donnaient à la culture sa pleine mesure. Un engagement qui se traduira dans le mouvement des Navétanes, où les ASC (association sportive et culturelle), garderont longtemps la dimension de premier cercle de socialisation culturelle, politique et intellectuelle.

Des regrets, Nouha Cissé en a certainement. Des détracteurs aussi. Ils lui reprochent ses multiples casquettes. Mais l’homme balaye et garde le cap. Ses regrets ?  L’interminable conflit casamançais d’abord, un cancer qui a rongé la ville. Mais l’homme est combattif. A l’écouter réciter l’histoire avec une telle maîtrise des dates, des noms, des anecdotes, on est admiratif. Les mots glissent, on découvre, ébahi, fier, complice. Il vient de loin, il le sait. Pour celui qui a « avec la mort des rapports difficiles », ayant perdu toute sa famille avant ses 16 ans – père, mère, grand-père, grand-mère – son sens de la vie, de l’accomplissement, sont extraordinaires. Très souvent, il convoie son fils dans son village, à Karcia, pour prendre le pouls de cette trajectoire. Son fils s’émerveille alors, en voyant le rudiment de ce berceau, et l’envol qu’il y a au bout. Un mélange de gratitude pour le patriarche, qui ne tient qu’à une valeur, essentielle et cardinale à ses yeux : le travail. Nouha Cissé a un triple privilège, celui d’être un historien, qui connaît l’importance de sa discipline. Il a été un acteur, au cœur, de tous les sujets chers de la région. Et c’est un homme qui a connu des drames atroces. Comme la perte de sa mère par hémorragie interne, elle qui a cru à l’obscurantisme des traditions, ainsi que son frère, handicapé, que la sorcellerie a enfoncé. Il en parle avec détachement et détermination. Pour sa retraite, voilà son nouveau combat : lutter contre le « traditionalisme obscurantiste ». Il prépare une autobiographie : une vie d’épreuve. Pour nous ce sera à coup sûr, une leçon magistrale, acquise à ses côtés : une école de la ville, du village, de la vie.

Elgas

Écrivain & journaliste

elgas.mc@gmail.com

1 COMMENTAIRE

  1. En parcourant ce texte, je replonge dans les dédales du Lycée Djiniabo qui m’a accueilli en 1986 venant fraîchement du Cmg après mon BEPC. J’ai partagé un bout de cette histoire de Nouha Cissé à Ziguinchor où j’ai résidé de 1980 à 1986/87. Sa simplicité était légendaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez et aimez-nous: