[ La Chro’ de Gor Niolé ] Covid-19, couvre-feu et …Ramadan : Tout un ramdam ?

0
224

Comme l’on sait, le Ramadan est une obligation religieuse inscrite parmi les 5 piliers de l’islam. Cette année est particulière :  Les musulmans du monde entier se demandent si le jeûne ne présente pas un risque face au Covid-19. Quand on sait qu’il est conseillé de maintenir une consommation régulière de liquides pour garder les muqueuses humides, dans la prévention contre le coronavirus . La pandémie du Covid-19 qui sévit dans le monde amène donc les scientifiques et la communauté religieuse musulmane à se poser des questions légitimes sur le caractère inoffensif ou non, du jeûne de cette année 2020.

Le président de la République, qui a déclaré l’état d’urgence et instauré un couvre-feu, interrogé récemment par des médias français, a évoqué un possible réaménagement à la hausse des horaires de couvre- feu, en raison de la hausse des cas issus de transmission communautaire, qui laisse à penser à une indiscipline des Sénégalais quant au respect strict des gestes barrières et de Nl la distanciation physique. Le Sénégal s’achemine ainsi vers un mois de ramadan inédit si la mesure envisagée devient effective. Un couvre-feu à partir de 18h à 7h entraînerait un parcours du combattant pour les jeûneurs. Le Sénégalais a ses habitudes et surtout pendant le ramadan, qui modifie les rythmes de vie (achat de pain chaud à la boulangerie à la dernière minute, longues queues pour acquérir viennoiseries et charcuterie…) Le couvre-feu sera difficilement respecté car tout se passe avant et après la rupture. Il faut aussi prendre en compte la solidarité des musulmans dans l’accomplissement des bonnes œuvres à travers la distribution de «ndogou»  dans les mosquées et différents quartiers populeux de Dakar.  Opération qui risque d’être interrompue cette année. Il n’y aura presque plus de jeûneurs encore sur la route à  l’heure de la rupture un peu avant 20h.

Cette crise sanitaire et l’état d’urgence chamboulera toutes nos habitudes, car le mois béni de ramadan est partage et solidarité.  C’était une occasion de recevoir parents et amis. Une occasion pour beaucoup de nécessiteux de manger copieusement et à leur faim. Un mois béni dans l’impossibilité de se rendre à la mosquée pour les « nafilas » ? Catastrophe,  quand on sait que les veillées de prières sont importantes et se faisaient jusque tard dans la nuit. Les imams et oulémas du Sénégal demandent au Président de la République de revoir les heures de couvre-feu et propose la tranche horaire entre 21h et 4h du matin.

Un ramadan particulier au rythme du Covid-19 ! Si les mesures d’hygiène, de sécurité et de confinement  sont respectées et qu’il y a une régression de cas communautaires, peut-être que les mesures du couvre-feu seront allégés ! Enfin, l’espoir fait vivre…

En tout cas, le Covid-19, né dans la shintoïste Chine, ce virus qui après avoir bouleversé le Carême et la fête de Pâques des Chrétiens, s’apprête à chambouler le Ramadan  des musulmans, peut valablement être soupçonné d’être une créature… mécréante.

Gor Niolé