Vidéo / Le Niger  »covidé » face aux « émeutes de la foi »

0
104

Il est difficile dans certains pays dafrique de faire respecter les mesures sanitaires pour empêcher la propagation du coronavirus. Ce fut le cas du Niger où les majoritairement musulmanes, faisant fi des des décisions de l’autorité, ont réclamé le droit de prier dans leurs mosquées, à l’occasion du mois béni du Ramadan qui débute ce vendredi 25 avril 2020, selon certaines sources. Résultats : des émeutes de la foi !

 

La tension monte au Niger à l’approche du ramadan. Des émeutes ont déjà éclaté dans plusieurs villes contre le couvre-feu et l’interdiction des prières collectives, décrétés pour lutter contre la propagation du coronavirus. « Nous, on veut seulement prier dans nos mosquées, sans violences, rien de plus, et nous sommes décidés à exercer ce droit religieux », menace Hassane Dari, un jeune commerçant du Lazaret, un quartier populaire de Niamey, interrogé par l’AFP mercredi. « On n’a pas pu faire les prières collectives les vendredis et on veut en plus nous empêcher les prières durant le mois béni de ramadan ? Ça ne va pas se passer comme ça ! » se révolte Hadjia Aïssa, une ménagère de Banizoumbou, un quartier voisin de Lazaret.

Contestations vives des restrictions

Les troubles ont commencé il y a un mois dans une localité du centre de ce pays profondément musulman, dès l’annonce par le gouvernement des mesures de lutte contre l’épidémie, en particulier la fermeture des mosquées, avant de s’étendre à la capitale depuis près d’une semaine. C’était dans la localité de Mirrya (région de Zinder, centre), où des jeunes armés de gourdins et d’armes blanches ont incendié des bâtiments et des véhicules, selon les autorités.

Une semaine après, dans la région de Tahoua (ouest), des manifestants ont envahi les rues de la commune d’Illéla, ciblant la mairie et des biens particuliers qu’ils ont incendiés. Dans ces villes, des dizaines de manifestants ont été arrêtés et écroués, selon les autorités. Les troubles se sont poursuivis à Niamey à partir de vendredi dernier, prenant une ampleur inédite.

Une dizaine de quartiers de la capitale, dont Lazaret et Banizoumbou, se sont « embrasés » dimanche soir, des troubles ayant été menés par «des individus organisés » ayant bravé le couvre-feu pour « brûler des pneus et s’attaquer à des biens privés », a dénoncé à la télévision mardi le gouverneur de Niamey Issaka Assane Karanta.

De nombreuses interpellations

Bien que le Niger soit relativement peu touché par l’épidémie de coronavirus, avec 657 cas, dont 20 décès, selon un bilan officiel mardi, les autorités avaient pris dès le début, il y a un mois, des mesures drastiques pour stopper sa propagation : fermeture des frontières, état d’urgence, couvre-feu, fermeture des lieux de culte et des écoles, isolement de Niamey du reste du pays.

Au moins 108 manifestants ont été arrêtés lors d’une première vague entre le 17 et le 19 avril. Dix d’entre eux ont été écroués à la prison de haute sécurité de Koutoukalé, selon la police. Parallèlement, les forces de l’ordre ont interpellé près de 300 personnes ces derniers jours alors que le ramadan doit bientôt débuter dans ce pays très pauvre d’Afrique de l’Ouest.

Les manifestations se sont poursuivies lundi soir et 166 personnes ont encore été interpellées, a indiqué la police mercredi. Les personnes ont été arrêtées « dans le feu de l’action : en train de détruire les routes, de casser les lampadaires pour ériger des barricades, de mettre le feu à des pneus». Selon des publications sur les réseaux sociaux, où les émeutiers diffusent parfois en direct leurs actions, de nouvelles manifestations ont eu lieu mardi dans la nuit à Niamey.

Appel des chefs religieux

Pour tenter de calmer les esprits, les autorités et d’influents chefs religieux multiplient les appels aux fidèles. « La terre entière » est une « mosquée, sauf le cimetière et les toilettes. Fuyez devant les maladies contagieuses, comme vous fuirez devant un lion. Ne mettez pas ensemble les personnes contaminées et les personnes en bonne santé. Il faut les séparer », a martelé la semaine dernière à la télévision le président nigérien Mahamadou Issoufou.

Le 18 avril, le Conseil islamique du Niger, plus haute instance religieuse nationale, a « demandé à toute la population de faire preuve d’endurance » et de « s’abstenir de tout attroupement (dans les mosquées) dans le seul but de se protéger et de protéger les autres ». Le Conseil prévient que «toutes les mesures de prévention seront maintenues et renforcées » aussi « longtemps que durera la chaîne de contamination » du nouveau coronavirus. « Pour éviter une amplification de la violence, ils vont certainement lever le couvre-feu et rouvrir les mosquées juste pour la durée du ramadan », affirme Allassane Issa, riverain d’une mosquée de Danzama-Koira, autre quartier de la capitale.

Sensibilité forte

À Niamey, une ville de 1,5 million d’habitants, « il y a une mosquée presque à chaque coin de rue », donc « il est difficile de tout contrôler », constate-t-il. Le Niger a déjà connu des troubles religieux graves. Après la publication de caricatures du prophète Mahomet par le journal français Charlie Hebdo en 2015, des émeutes antichrétiennes avaient fait dix morts à Niamey et détruit la plupart des églises de la capitale et de Zinder.

Le Niger compte dans sa population seulement 1 à 2 % de chrétiens. Outre la pandémie de coronavirus, le Niger fait face depuis plusieurs années à une spirale de violences de groupes djihadistes qui frappe toute la région

Tract.sn (avec média)

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20