[ Apories ] Démis gouvernementaux : « chers militants, l’État est ingrat, mais n’en voulez pas à Macky »

0
264
Après les « démissions », les dénis. Et quasi-défis. Alors, chacun a son mot à dire, sa petite colère a exposer, ses piques à aiguiser pour une situation « pro lithique » extra gouvernementale, son amertume à ravaler intra Alliance pour la République. Et toutes les langues se délient pour dire le fond ou la forme de sa pensée après « exit » du gouvernement.
Et voilà que l’on entend la voix du désormais ex-ministre du Pétrole et des Énergies dire, le coeur gros, à l’occasion de la passation de service entre Mme Aïssatou Sophie Gladima et lui, toute son appréciation de la grandeur mais surtout de la décadence que peut vous apporter l’Etat, même après moult loyaux services.
Selon l’As qui donne l’info, Makhtar Cissé n’a pas gardé son fuel dans dans son chalet.  « L’État est ingrat. On ne se souvient pas souvent des grands actes que vous posez. On ne se souvient que des erreurs et des fautes », nous révèle t-il avec toute l’énergie qui lui restait à rendre encore.
Mais, son compère de « misère », l’ex ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye, voit autrement son limogeage du gouvernement. A Linguère, où il se trouvait après avoir quitté le fauteuil ministériel, l’ex-premier flic du pays a prêché le fou du roi pour avoir le coeur du… roi. « Je suis toujours au service du Sénégal et je reste militant de l’Alliance pour la République. Je demande aux militants de ne pas en vouloir à Macky Sall », a t-il fait savoir à ces proches et ceux qui le soutiennent encore. Et Aly Ngouille de terminer dans une sagesse que sa « mission au ministère de l’Intérieur devait s’arrêter là ».
Amadou Ba, désormais ex ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, a fait dans la diplomatie, lors de sa passation du témoin à celle qui va la remplacer Mme Aissata Tall Sall. «Plus que l’honneur et le privilège, ce fut un sacerdoce. J’exprime ma sincère gratitude à Son excellence Monsieur Macky Sall, président de la République qui, depuis 2013, m’a accordé puis renouvelé sa confiance à plusieurs reprises dans les ministères de souveraineté. Avec dévouement et loyauté, je me suis inlassablement attelé à mériter cette confiance y compris à la tête de ce département stratégique », a t-il déclaré.
Quant à Omar Youm, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, il n’a pas trop trainé pour déclaré avoir fait de son « mieux pour répondre aux aspirations des populations et aux attentes de Monsieur le President de la République ». Alors, il n’a eu qu’une chose à dire: « Excellence, Monsieur le Président de la République, j’ai pas les mots suffisamment forts pour vous exprimer ce que je ressens réellement au fond de moi-même sinon vous dire MERCI pour la considération mêlée à l’affection, la confiance et l’ambition pour moi ».
L’ex présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese), Aminata Touré a fait un autre son de cloche. Remplacée à son poste par Idrissa Seck, celle qui est aussi appelée Mimi Touré, a donné le ton de ses futures occupations, lors du dépôt de ses rapports d’activités, en indiquant à ceux qu’ils veulent comprendre que « nous sommes dans une enceinte administrative, les propos seront des propos administratifs. Nous parlerons politique très prochainement, mais pas dans cette enceinte.
Mais celle qui a bien voulu rappeler avoir servi l’Etat pendant 8 ans, a remercié tous ses collaborateurs, en omettant son patron…  Macky Sall. Aucune mini-phrase, même pas un mot mimi à l’endroit du Président de la république. Parce qu’Aminata Touré veut faire, à partir de maintenant, « accélérer la cadence » encore et toujours pour la patrie – et non le parti ? – jusqu’à ce que mort s’en suive. « Je vais continuer à rester engager pour mon pays, je vais continuer à le faire jusqu’à mon dernier souffle », c’est elle qui le dit. A haute et intelligible voix. Mais, les arcanes du pouvoir sont parfois insondables et, inaudibles.
Al Makhtoum SEYDI