- Face aux nombreuses tracasseries -

Les mareyeurs de Saint-Louis bandent les muscles et menacent

0
18

Les marqueurs tapent du poing sur la table. En cause, les tracasseries relatives aux ponts bascules ainsi que les taxes consécutives au poids sur le pesage à l’essieu. Des contraintes au développement de leurs activités. En conférence de presse, ce mardi 7 janvier 2020, ils disent leur ras-le-bol et exigent des autorités qu’elles reviennent sur leurs décisions. Autrement, le secteur vital de l’économie sénégalaise va être paralysée. Ce qui risque d’avoir des conséquences malheureuses puisque, selon les études, au moins 600.000 personnes vivraient des activités de la pêche.

Les mareyeurs de la région de Saint-Louis ont fait face à la presse pour décrier les nombreuses tracasseries liées aux ponts bascules. Ils ont mis en garde leur tutelle et le ministre des Transports par rapport à la hausse des taxes relatives aux poids sur le pesage à l’essieu de leurs camions frigorifiques. Ces pêcheurs menacent ainsi de paralyser tout le secteur de la pêche dans le pays, si jamais les autorités ne reviennent pas sur leur décision.

C’est à la suite d’une rencontre ayant réuni les acteurs du secteur de la pêche que les mareyeurs de Saint-Louis ont décidé de dénoncer les nombreuses tracasseries souvent notées lors de leurs passages au niveau des ponts bascules avec leurs camions frigorifiques. Ils ont souligné des « errements » au niveau de ces ponts bascules, relatifs à la hausse des tarifs. « Nous sommes dans l’informel, donc pourquoi veulent-ils nous amener à payer des taxes aussi chères », s’interroge Amadou Faye, Secrétaire général de l’Union des mareyeurs de Saint-Louis ? C’est ainsi qu’ils ont mis en garde les autorités gouvernementales, en l’occurrence le ministre de la Pêche et de l’Économie maritime et le ministre des Transports qui sont interpellés par rapport aux problèmes rencontrés sur les routes. « Nous proposons au ministre des Transports de laisser les camions frigorifiques faire leur travail et ne pas monter sur les ponts bascules parce que c’est très difficile pour nous. Nous voulons vraiment qu’on nous favorise un peu sur ce côté-là », a dit Fatou Diagne, Vice-présidente des jeunes mareyeurs de Saint-Louis, par ailleurs membre de l’Union nationale des mareyeurs du Sénégal. Ces mareyeurs de Saint-Louis menacent toutefois de paralyser tout le secteur de la pêche, sur le territoire national, si jamais l’autorité ministérielle ne revient pas sur sa décision. Ils revendiquent plus de considération de la part de l’État, à l’endroit de leur secteur qui, selon Amadou Faye, constitue l’un des moteurs de l’économie du pays car employant des milliers de Sénégalais.

Tract.sn (avec Sud Quotidien)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Suivez et aimez-nous: