LETHARGIE DU SOUS-SECTEUR DU THEATRE : Les acteurs demandent un accompagnement pour plus d’efficacité

0
10

(Tract)- Les acteurs sénégalais du théâtre, par la voix du comédien Kader Diarra, ont plaidé pour un accompagnement des artistes du sous-secteur, plombé par un manque de financements, de formation et de mobilité. C’était à l’occasion de la célébration du Journée Mondial du Théâtre, le 27 mars dernier

« Force est de constater que beaucoup d’initiatives ont disparu de l’agenda théâtral sénégalais, voire francophone à cause d’un manque criant de financement. Cette génération mérite donc d’être accompagnée avec la mise en place d’un fonds dédié » a-t-il dit.

Le comédien surnommé « Kader Pichininiko » s’exprimait lors de la célébration de la Journée internationale du Théâtre dans la salle du Théâtre National Daniel Sorano. Pour lui, l’accompagnement du sous-secteur doit aller au-delà de la construction d’infrastructures.

Il a souligné que ce fonds dédié doit être fonctionnel, efficace, effectif et efficient, avec un accès basé sur des critères d’éligibilité établis de façon inclusive.

« On doit également tenir compte de la territorialisation afin d’avoir un fort caché de l’équité territoriale, car le Sénégal n’est pas seulement la capitale Dakar « , a déclaré M. Diarra.

D’après l’artiste, le sous-secteur du théâtre a plus que jamais besoin d’une démarche inclusive et concertée, « gage d’un choix sur la stratégie de développement de la culture ».

Il a dans le même temps déploré le manque de formation et le problème de mobilité des artistes, lesquels peinent à se déplacer dans la sous-région par exemple.

A ces difficultés, est venue s’ajouter la crise sanitaire, qui, a forcé les acteurs à changer de paradigme dans la création, la production, la diffusion, la promotion et la consommation », a laissé entendre le comédien

Venu présider la rencontre au nom du ministre de la Culture et de la Communication, Demba Faye a assuré que le président de la République souhaitait renforcer les cadres d’échange, d’expression, de formation et d’organisation du patrimoine et de la diversité culturelle.

« Un tel défi passe nécessairement par l’engagement des créateurs, des artistes et par une unité d’action des acteurs », a dit le directeur de cabinet du ministre de la Culture et de la Communication.

Une prestation théâtrale de l’Association des Femmes Comédiennes (AFEC), également membres de la troupe Daray Kocc, portant sur le rôle de la femme dans les tontines a clôturé la cérémonie célébrée dans la sobriété.

Tract