L’ex-président IBK de retour à son domicile à Bamako, son fils Karim Keïta en fuite hors du pays

0
1349

Au Mali, IBK a été relâché par les militaires qui le retenait depuis une semaine, a appris Tract. Il est chez lui. Il a été descendu de la garnison militaire de Kati pour Bamako, où se trouve son domicile. L’ex-président malien IBK a été remis en liberté dans la nuit de mercredi à jeudi par la junte militaire. L’ancien président malien a été libéré aux alentours de 3 h du matin, heure de Bamako, selon les précisions obtenues par nos confrères de Jeune Afrique auprès de sa famille. Il a été ramené par des éléments des forces spéciales maliennes à sa résidence de Sébénikoro, laquelle est sécurisée par la junte.

La Cedeao a été en première ligne dans les négociations pour la libération de l’ancien chef de l’État malien. Durant toute la journée du 26 août, son représentant à Bamako, Hamidou Boly, a ainsi été en contact avec les putschistes du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) afin de les inciter à libérer IBK avant la prochaine réunion des chefs d’État de la sous-région, prévue le 28 août. La Cedeao avait en effet fait de la remise en liberté de l’ex-président un préalable à un assouplissement des sanctions à l’encontre de la junte. Celle-ci avait été fortement invitée à faire un geste de bonne foi.

De son côté, le député controversé​ Karim Keïta, fils de l’ex président IBK, a pu ​​quitté le Mali incognito. Sa maison, qui se trouve près du domicile paternel, avait été saccagée lors du coup d’Etat par des badauds et vandales profitant du désordre.  Il avait trouvé refuge dans une ambassade « d’un pays voisin du Mali ». Karim Keita, 41 ans a pu quitter nuitamment le Mali pour « un pays voisin en Afrique de l’Ouest ». Il cristallisait la colère des manifestants du M5 et avait démissionné de la présidence de la Commission de Défense de l’Assemblé nationale malienne, quelques jours avant le putsch.

Tract