Livre : Juifs et musulmans tous fils d’un même père

0
29

Comment des frères peuvent-ils se déchirer, sinon se haïr, à ce point ? Le psychanalyste et essayiste Gérard Haddad revisite subtilement l’histoire d’Ismaël et d’Isaac pour ouvrir un chemin de paix entre juifs et musulmans.

Après un remarquable Le complexe de Caïn, Gérard Haddad, juif né en Tunisie, psychiatre, psychanalyste et ingénieur agronome, nous offre, cette fois, une fine analyse d’un récit de la Genèse. À partir de ce texte de l’Ancien Testament, ce grand connaisseur des religions du Livre, entend démontrer que la réconciliation entre juifs et musulmans est possible.

Petit rappel de l’histoire. Ismaël est le fils d’Abraham et d’Agar. Dieu ayant invité le patriarche à assurer sa descendance avec sa belle servante, compte tenu de la stérilité de son épouse Sara.Contre toute attente, Sara va enfanter à son tour, 13 ans plus tard, et donner naissance à Isaac.

Ismaël et Isaac deviennent les fondateurs mythiques de ces deux traditions, musulmane pour la première, et juive pour la seconde.

Surmonter ses différences

Autrement dit, Ismaël et Isaac sont tous les deux fils d’un même père. Étant donné la rivalité entre leurs mères, Agar et Sara, ils avaient toutes les raisons de se détester. En réalité, ils vont vivre en paix l’un avec l’autre, surmontant leurs différences dans l’intérêt de chacun.

Or cette histoire d’Abraham et de ses deux fils imprègne profondément la culture et l’inconscient des juifs et des musulmans qui n’arrivent pas à trouver un chemin de paix dans le conflit israélo-palestinien. Et les deux connaissent le malheur en raison de cette détestation réciproque, et qui n’est pas une fatalité au regard de leur histoire commune.

« L’islam a sauvé le judaïsme »

Quelle amnésie en effet ! Gérard Haddad vient nous rafraîchir utilement la mémoire. « L’islam a sauvé le judaïsme », rappelle l’auteur qui nous explique la thèse de l’historien David Wasserstein. « C’est en terre d’islam que le judaïsme a le mieux traversé les siècles, même si les juifs avaient un statut inférieur de « dhimmis » », estime Gérard Haddad dans un entretien à l’hebdomadaire protestant Réforme.

S’ouvrir à la modernité

Pour autant, le chemin de la réconciliation passe par plusieurs étapes. L’essayiste souligne que l’islam doit au préalable s’ouvrir à la modernité. Cela passe, selon lui, par deux « révolutions » : la révolution scientifique et la révolution féministe.

Tant que les musulmans refuseront la moindre lecture critique du Coran et d’accorder aux femmes les mêmes droits qu’aux hommes rien ne sera possible.

Israël, de son côté, doit sortir de son obsession sécuritaire, fondée sur la menace « imaginairement hypertrophiée de l’hostilité des pays arabes qui l’entourent », à tel point, écrit Gérard Haddad, que « l’idée de paix apparaît comme un danger pour le pays ».

La route est longue et semée d’ornières, mais Ismaël et Isaac, à leur manière, peuvent nous guider vers son heureuse destination.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here


Suivez et aimez-nous: