Maradona avait dit à Jean-Paul II de vendre les plafonds en or du Vatican pour aider les pauvres

0
85

La légende du football argentin Diego Maradona a dit un jour, selon Business insider, qu’il s’était éloigné de l’église catholique après avoir été déçu par le pape Jean-Paul II. Le joueur argentin, décédé d’un arrêt cardiaque à l’âge de 60 ans ce mercredi 25 novembre, s’était rendu au Vatican en 2000. Selon des reportages réalisés à l’époque, il s’était énervé en croyant qu’il n’avait pas reçu un chapelet spécial de la part du pape.

 

Plus tard, il a déclaré aux journalistes avoir été dégoûté par les plafonds en or du Vatican, assurant que le pape Jean-Paul II devrait les « vendre » s’il voulait aider les pauvres. « Je suis allé au Vatican et j’ai vu leurs plafonds dorés », avait raconté Diego Maradonna en 2005, selon le journal britannique The Independent, « et puis j’ai entendu le pape dire que l’Eglise se préoccupait de la pauvreté des enfants dans le monde. Donc ? Vends les plafonds, mon pote ! ».

 

« Comment peut-on vivre sous une toiture d’or et se rendre dans des pays pauvres pour embrasser des enfants avec le ventre plein ? Et là, j’ai cessé de croire » – Maradona à propos des richesses du Vatican.

 

La légende du football avait également rendu visite au pape François à l’occasion d’un match de charité en 2016 et avait fait les mêmes remarques sur la richesse du Vatican à des reporters, selon le quotidien espagnol El Pais. « Je suis retourné au Vatican et j’ai revu ce toit orné d’or. Et je me suis dit : Comment peut-on être un tel fils de p***? Comment peut-on vivre sous une toiture d’or et se rendre dans des pays pauvres pour embrasser des enfants avec le ventre plein ? Et là, j’ai cessé de croire ».

En 2014, Maradona a également été critiqué pour avoir traité le pape de « fils de p*** », selon la chaîne de télévision australienne The World Game. Lors de sa visite au Pape François, Maradona a déclaré que sa foi avait été restaurée. « Je m’étais éloigné de l’Eglise, mais Francisco m’y a ramené », a-t-il déclaré aux journalistes, selon El Pais.

Maradona se faisait appeler « la voix des sans-voix », le « représentant » du peuple. Selon Paul Newman, journaliste à The Independent, Maradona était généreux et prêtait souvent de l’argent à ses proches. L’Argentine a décrété trois jours de deuil national pour lui rendre hommage.

Avec médias