Ouganda, un rappeur principal challenger du président : voilà l’échec de nos potentats

0
30
Tract – L’Ouganda est suspendu à l’attente des résultats provisoires officiels de l’élection présidentielle qui s’est tenue ce jeudi. Ils devraient être annoncés ce samedi à 16h locale (13h TU). Mais déjà, Bobi Wine, l’opposant principal, dénonce des fraudes. Il se dit même certain de sa victoire, selon les informations de Rfi.

Bobi Wine, rappeur, opposant et député de 38 ans, l’a donc annoncé hier vendredi matin, lors d’une première conférence de presse tenue chez lui, à Magere, alors que sa maison était entourée de policiers. « J’appelle tous les Ougandais à rejeter le chantage. Nous avons certainement gagné cette élection et nous l’avons gagnée de loin », a-t-il déclaré.

Un peu plus tard dans l’après-midi, l’opposant a tenu une deuxième conférence de presse où il s’est dit être en état de siège dans sa propre maison. Devant une vingtaine de journalistes, la plupart en gilet pare-balles, Bobi Wine a affirmé que, plus tôt dans la journée, des militaires sont rentrés à l’arrière de sa propriété et ont arrêté l’un de ses gardes pour le passer à tabac.

« Ma vie est en danger » a-t-il affirmé en déclarant également que son téléphone et ceux de certains de ses proches ont été déconnecté aujourd’hui.

Participation élevée

Le candidat dénonce également de nombreuses irrégularités dans le scrutin. Des bulletins déjà remplis dans certains centres ou encore l’arrestation de nombreux observateurs de son parti, le matin de l’élection. Des observateurs qui, selon Bobi Wine, ont été relâchés après la fermeture des bureaux de vote.

Selon le porte-parole de la Commission électorale Paul Bukenya, un candidat a le droit de rapporter les irrégularités dans le processus du vote. Les résultats officiels n’ont pas encore été annoncés, mais il affirme que le scrutin s’est déroulé pacifiquement, avec une participation élevée.

Il reste maintenant moins de 24 heures à la Commission électorale pour finir de compter les voix. Les résultats doivent être annoncés avant ce samedi 16h, heure de Kampala.

Quel que soit le résultat de cette présidentielle ougandaise dont la campagne électorale a fait 37 morts en novembre dernier, elle est le signe éclatant de l’échec patent du président sortant Yoweri Museveni, 36 ans au pouvoir, qui réussit la prouesse d’avoir pour challenger principal un rappeur qui avait deux ans quand il prenait le pouvoir par les armes. Toutes les élites intellectuelles ont déserté le combat politique contre le parti au pouvoir. Triste image de l’Afrique, toujours illustrée par ses potentats au pouvoir trentenaire !

Tract