Stock, 2017, 122 pages

Littér’ataya : Lonely Child, Pascale Roze

0
67

Une femme âgée et très riche, sans descendant,  cherche un héritier pour lui léguer sa fortune. Tel pourrait être l’argument de ce court roman. Mais Lonely Child est aussi le titre d’une pièce musicale de Claude Vivier, musicien québécois, enfant adopté dans sa petite enfance et personnage réel  de ce récit. Est-ce à dire que le livre serait une variante littéraire de cette œuvre pour soprano et orchestre ? La voix féminine serait cette femme, Odile Moustier, qui retrouve par le hasard d’une lecture, des traces de son enfance à Troyes, chez son grand père paternel, où vivait également un jeune touareg de son âge, que celui-ci avait adopté. L’orchestre serait tous les personnages qui se rencontrent autour d’elle, la narratrice : son mari, Samuel, Méfano et les amis de la fondation qu’elle dirige depuis la mort de sa mère, Fatima et son fils Tariq, Leïla enfin, la femme de ce dernier…D’une écriture précise et classique, celle qui fait savourer le juste mot à la juste place, Pascale Roze pose les questions de l’héritage, de la  transmission et de l’adoption, entre une affaire familiale de luxe, à Millau, des gants pour les mains des puissants  et le Maroc des années 1910, sous la violence illégitime du  protectorat français. Quel hasard, ou quel destin, fait se rencontrer le militaire français trop épris de pouvoir et l’enfant du désert mourant de faim ?  Pourquoi quatre vingts ans plus tard, une petite fille sur le point de mourir se souvient-elle de son premier amour, Amouzou venu d’ailleurs et part-elle en quête de son histoire, jusqu’à le retrouver dans un de ses petits fils ? Peut-être pour que nous  prenions enfin  soin les uns des autres et que nous puissions partir apaisés.

Véronique Petetin ©Tract Quotidien 2018 – www.tract.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here


Suivez et aimez-nous: