Portrait intimiste, lyrique et poétique de la lutte sénégalaise par un photographe américain

0
89

Nico Therin est photographe depuis 10 ans. Comme un enfant curieux, il a été attiré par les formes et les couleurs, mais ce n’est que quand il a déménagé de la France aux Etats-Unis pour aller à l’université qu’il a sérieusement décidé d’étudier la photographie. Après avoir exploré le moyen de le faire pendant un certain temps, Therin a réalisé ce qu’il aimait à ce sujet: la photographie lui offre l’opportunité de passer du temps avec des gens qui sont différents de lui, et « les photos finissent par être le sous-produit des moments sincères que je suis chanceux d’avoir partagé avec mes sujets. « Ce n’est pas une surprise que Therin se soit finalement retrouvé au Sénégal, où il s’est retrouvé face à face avec des lutteurs.


Avant de venir à Dakar, Therin a fait des recherches sur la lutte sénégalaise et s’est retrouvé en contact avec un homme nommé Balut Pathé Boy dont le surnom est  « Big Pato. » Big Pato est un champion de lutte sénégalaise qui se trouve être également un agent de police. Therin raconte que Big Pato était avec lui tout au long du projet. De Big Pato, Therin dit: « C’est un athlète incroyable avec un grand cœur. Il m’a dit un jour: «Je me lève le matin pour servir les autres.» Il était avec moi à chaque instant pendant que j’étais là et m’a vraiment aidé à réaliser le projet. J’ai eu la chance de passer du temps avec lui et nous restons toujours en contact.  »
Au début, Therin était attirée par les lutteurs sénégalais uniquement pour des raisons esthétiques. Mais après avoir approfondi le sujet et fait plus de recherches sur ce sport, il a également été attiré par son aspect mystique. Therin indique que « le moment le plus positif sur ce projet est quand il a réalisé à quel point le pic du combat est intimiste et gracieux. C’est ce qui a façonné la façon dont il a photographié les lutteurs. « 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here


Suivez et aimez-nous: