Regain du Covid-19: le Gabon allonge son couvre-feu

0
19
*** Local Caption *** Le porte -parole de la présidence de la République, Jessye Ella Ekogha.

Le Gabon a annoncé vendredi qu’il rallongeait la période du couvre-feu, à partir de 18H00 locales au lieu de 20H00, et interdisait les entrées et sorties de la capitale vers les provinces, afin d’enrayer une « hausse inquiétante » des cas de Covid-19.

 

Ce petit pays d’Afrique centrale peuplé d’un peu moins de 2 millions d’habitants, au climat équatorial, a été jusqu’alors relativement épargné par la pandémie, avec 12.171 cas détectés depuis les premiers il y a un an et 71 morts à ce jour. Mais, « depuis décembre, nous avons noté une hausse importante et inquiétante » des infections, a expliqué le ministre de la Santé, le Dr Guy Patrick Obiang Ndong au cours d’une conférence de presse du gouvernement, selon AFP qui a fait cette relation. De 357 cas décelés en décembre, ce chiffre a bondi à 1.177 en janvier et 1.424 cas pour les dix premiers jours de février.

Le couvre-feu a donc été allongé et commencera désormais à 18H00 au lieu de 20h00, jusqu’à 05H00 du matin, a annoncé le ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha, après que la Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda eut évoqué un « relâchement coupable » et « l’incivisme » de certains Gabonais dans l’observation des mesures barrières, relate AFP. Le Grand Libreville – la capitale et les communes limitrophes – « est fermé » et seules les personnes munies de dérogations seront autorisées à y entrer ou à en sortir pour circuler dans le reste du pays, a annoncé M. Matha.

« Le déni de la pandémie dans notre pays fait du mal à tous nos compatriotes », a asséné le ministre, fustigeant notamment ceux, très nombreux, qui ne portent pas ou mal le masque ou bravent la fermeture des bars et discothèques. En outre, les vols internationaux ont été réduits à deux par semaine et par compagnie.

Le ministre de la Santé a assuré que des tests avec séquençage du génome sont en cours pour identifier l’éventuelle présence de variants plus contagieux du virus. Interrogé sur la date du début d’une campagne de vaccination, le Dr Obiang Ndong a simplement indiqué, termine Afp, que « des négociations sont en cours pour l’acquisition des vaccins », sans plus de détails. 

Avec médias