Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) s’est invité dans le débat qui a valu à la chroniqueuse de la 7Tv son placement en garde-à-vue. Ledit conseil, dans un communiqué parvenu à Tract en a appelé aux ‘’médias audiovisuels d’accorder une grande attention et un soin particulier dans l’animation d’antenne et dans l’évocation des questions de société à l’antenne’’. Ce sera tout comme réaction, alors que le président du CNRA s’était prévalu il y a quelques mois d’avoir de puissants pouvoir de coercition, y compris celui de fermer un média audiovisuel qui commettrait un dérapage.

Le traitement des questions de société, notamment celles portant sur des sujets sensibles, nécessite, selon ladite autorité de régulation, ‘’une certaine culture, une préparation particulière et une bonne maîtrise du sujet. La non prise en compte de ces préalables entraîne la survenue d’incidents, de dérives ou de manquements à la réglementation de nature à entraîner des sanctions contre les éditeurs’’.

C’est d’ailleurs, dans le souci de prévention, qu’il a rappelé ‘’aux éditeurs leur obligation de respecter la réglementation applicable à la communication audiovisuelle, notamment celle consistant à conserver ou à rétablir, en toutes circonstances, la maîtrise d’antenne. Le Cnra, rappelant que les titulaires d’autorisation sont responsables du contenu des émissions qu’ils éditent et programment, les exhorte à prendre les dispositions et les mesures nécessaires pour garantir le respect des principes et des règles édictées par la réglementation’’. Comme d’habitude, le CNRA aboie et la caravane passe.

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20