Rejet des pourvois : la Cour suprême a-t-elle hypothéqué la candidature présidentielle de Khalifa Sall ?

0
44

La Cour suprême a rendu ce jeudi son arrêt sur le pourvoi en cassation de l’ex-maire de Dakar et candidat à la présidentielle, Khalifa Sall. Il contestait sa condamnation à cinq ans de prison pour escroquerie. Et la justice sénégalaise a rejeté tous les pourvois.

Ce jeudi, la justice sénégalaise a rejeté tous les pourvois de Khalifa Sall. Ce qui a provoqué une manifestation spontanée et improvisée des partisans furieux de l’ancien maire de la capitale, Dakar, devant le bâtiment de la Cour suprême.

Pendant l’audience, beaucoup de partisans de Khalifa Sall étaient présents avec ses nombreux avocats. La maire de Dakar, Soham El Wardini, a également été aperçue, ainsi que des opposants politiques au président Macky Sall.

Maintien de sa candidature

Le délibéré a été déroulé pendant plus d’une demi-heure par le président de cette Cour suprême, le doyen de la Cour, qui a rejeté un à un les douze pourvois de Khalifa Sall. Une Cour suprême qui ne statue que sur la forme estimant que tout est irrecevable dans ce dernier recours pour Khalifa Sall.

Le tout dans un contexte très politique. En effet, la présidentielle de février approche à grands pas. Le premier tour doit avoir lieu le 23 février 2019. Khalifa Sall, vient de déclarer son avocat principal, a décidé d’être malgré tout candidat depuis sa cellule. Il maintient donc sa candidature aujourd’hui.

Les avocats de Khalifa Sall comptent maintenant utiliser encore un dernier recours. Cette procédure s’appelle le rabat d’arrêt, c’est un peu le recours de cet ultime recours, là encore sur la forme. Baboucar Cissé, avocat de l’Etat sénégalais a fait part de sa satisfaction après cet arrêt. Pour lui, impossible que ce rabat d’arrêt ait une chance d’aboutir et selon lui, la candidature présidentielle de Khalifa Sall sera rejeté en conséquence. Réagissant à ses propos, l’entourage de l’ ex maire de Dakar rétorque que l’avocat de l’Etat en question  » ne connait pas le droit » et que des poursuites seront déclenchées contre lui  » pour diffamation et diffusion de fausses nouvelles’.

En tout état de cause, la bataille juridico-politique entre Khalifa Sall et l’Etat du Sénégal se poursuivra encore longtemps, devant et en dehors des prétoires.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here


Suivez et aimez-nous: