Depuis plus d’un mois, le Syndicat des Travailleurs de la Justice la réclame. Elle, c’est la rencontre tant attendue par les travailleurs de la justice avec le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Malick Sall. Une rencontre pour se pencher sur leur sort et obtenir la mise en œuvre des décrets signés par le Président de la République pour satisfaire aux doléances des travailleurs de la justice. Ce qui a été l’origine de remous dans le secteur de la justice depuis un moment. Mais au finale, la rencontre accouche d’une souris.

« La rencontre du 20 juillet 2020 entre le Ministre de la Justice et le Bureau Exécutif National (BEN) du Syndicat des Travailleurs de la Justice (SYTJUST) n’a aucunement abouti à des propositions concrètes et acceptables. Durant toute la rencontre, le Ministre de la Justice a fait évasivement état de difficultés techniques dans la mise en œuvre de l’ensemble des décrets signés par le Président de la République. D’ailleurs, à l’occasion, il a déclaré avoir informé, à travers trois notes, le Chef de l’état de ces ‘difficultés’ qu’il n’a pas du tout spécifiées », a annoncé ce mardi le SYTJUST.

Selon Me Ayé Boun Malick Diop, Secrétaire général du SYTJUST et ses camarades le ministre a « seulement donné l’exemple de l’indisponibilité des nouveaux locaux affectés au Centre de Formation Judiciaire qui empêcherait l’organisation des formations préalables aux reclassements de certains agents du Ministère de la Justice ».

« Dans la même dynamique, le Ministre de la Justice a affirmé qu’il y a ‘contradictions’ dans les décrets n° 2018-2259, 2018-2260 et 2018-2261 du 14 décembre 2018 pour justifier leur non publication au Journal officiel. Il a soutenu que ces contradictions, qu’il n’a pas explicitées, seraient contraires à certaines dispositions de la loi et à celles de certaines conventions internationales ratifiées par le Sénégal. Poursuivant, le Ministre a ajouté que la publication de ces décrets est du ressort du Secrétariat général du Gouvernement », note le texte.

« Par rapport à la mise en œuvre du protocole du 17 octobre 2018 qui nécessite le portage de deux projets de décrets par le Ministre à la signature du Président de la République, Maître Malick Sall a expliqué que le retard de la signature est dû par le ralentissement de l’activité de l’administration causé par la Covid-19 », relève le communiqué du SYTJUST.

D’après la même source, « le BEN a exposé des arguments contraires qui n’ont pas fait varier le Ministre de la Justice dans sa position. Dès la sortie du cabinet du Ministre de la Justice, le BEN a informé les travailleurs de la Justice qui apprécieront souverainement ces informations ».

Aidara KARARA

Tract

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20