Résultats : Attente(s) et latence jusque jeudi

0
28
epa07393821 Electoral officials and party representatives count ballots after the days voting in the presidential elections at a polling station in the primary school of the fishing village Yenne Todd in Senegal 24 February 2019. The elections are the 11th straight presidential election since Senegal gained independence from France in 1960. EPA/NIC BOTHMA (MaxPPP TagID: epalivethree903808.jpg) [Photo via MaxPPP]

L’attente est bien dure à supporter pour les états-majors des candidats à la présidentielle. La population reste plus patiente. Dans un contexte de confusion marqué par la proclamation tous azimuts de tendances et de résultats (notamment « les 57% » proclamés par le PM Boun Abdallah, chiffre que les candidats de l’opposition ont immédiatement réfuté comme « hallucinant » et qualifié de « forfaiture », eux étant sûrs qu’un deuxième tour sortra des urnes), le juge Demba Kandji, président de la Commission de recensement des votes, est monté au créneau hier pour « rappeler les principes ».

Le juge Demba Kandji, président de la Commission nationale de recensement des votes a fait face à la presse pour ce qu’il appelle une ‘’rencontre explicative’’. Interpelé sur les sorties du Premier ministre Mohammed Dionne et des candidats Idrissa Seck et Ousmane Sonko, le magistrat a fait savoir que ‘’personne n’a le droit de proclamer des résultats provisoires, sauf la commission nationale et définitivement le Conseil constitutionnel’’.

Demba Kandji refuse toutefois de porter des appréciations sur ces déclarations. ‘’Ils sont dans leur rôle, je suis dans le mien. Ils sont des politiques, moi, je suis un juge, chargé de compiler et de proclamer les résultats’’, s’est-il contenter.

Sur le rôle et le travail de la commission, le président de la Cour d’appel de Dakar a fait savoir qu’elle a démarré aujourd’hui la compilation des procès verbaux des bureaux de votes. ‘’Nous le faisons sur la base des comptes rendus remontés par les délégués de la Cour d’appel présents sur l’ensemble du territoire national. Nous le faisons aussi sur la foi des procès verbaux qui nous proviennent des 45 commissions départementales de recensement des votes, lesquelles travaillent sur les pv des bureaux de vote et tout document pertinent annexé à ce PV’’, précise-t-il. Demba Kandji d’insister sur le fait que ce sont là les seuls documents que la commission travaille.

‘’S’il n’y a pas de consensus, la loi permet aux magistrats de trancher’’

Autre précision de la part de Demba Kandji, c’est que même si les commissions départementales peuvent redresser des erreurs, il ne lui appartient pas de les corriger, la commission nationale est la seule instance habilitée à apporter des corrections. Pour l’heure, la commission n’a que les résultats de 7 départements, à savoir Gossas, Saint-Louis, Guédiawaye, Malem Hodar, Birkilane, Bambey, Koungheul. S’agissant de la proclamation des résultats, précise le juge, la commission cherche d’abord le consensus. ‘’S’il n’y a pas de consensus, la loi permet aux magistrats de trancher’’, ajoute-t-il. A préciser que la commission est composée de 3 juges et de 2 représentants pour chaque candidat.

Concernant la proclamation des résultats, elle est prévue entre ce jeudi 28 février et vendredi 1er mars au plus tard. D’ici là, le juge a affirmé à l’attention de la presse que les portes de la commissions sont ouvertes pour une collaboration avec les médias.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here


Suivez et aimez-nous: