SORTIE D’ANTOINE FÉLIX DIOME : La carotte et le bâton

0
22

(Trcat)- Vers l’allègement du couvre-feu. L’annonce a été faite, hier, par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Antoine Félix Diome.

« Avec l’intensification de la campagne nationale de vaccination, nous mettons dans la perspective de l’allègement du couvre-feu sanitaire », a-t-il déclaré, réagissant suite aux actes de violences qui ont éclaté depuis l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko. Que le premier flic du pays a, d’ailleurs, pointé d’un doigt accusateur, emedias.

Le gouvernement appelle « les populations et toutes les forces vives de la Nation au calme, à la sérénité et à l’apaisement », à la suite des scènes de violences notées sur plusieurs localités du Sénégal.

Dans sa déclaration, faite vendredi soir, 5 mars, sur la Rts, le successeur d’Aly Ngouille Ndiaye a dénoncé « des actes de nature terroriste, les voies de fait, les saccages, les pillages, les dégradations de bâtiments publics et de biens privés mais aussi des commerces appartenant à des personnes physiques et morales », accusant l’opposant Ousmane Sonko.

Antoine Félix Diome accuse et charge Ousmane Sonko

« Depuis quelques jours, l’actualité nationale est marquée par un contentieux judiciaire, qui implique deux citoyens sénégalais, une jeune dame de 20 ans, et un député dirigeant un parti politique. Dans le déroulement de la procédure judiciaire relative à un viol, la personne incriminée à manifester son refus public et ostentatoire à répondre devant la Justice. Il a, d’autre part, par des messages répétés, lancé des appels à la violence, à l’insurrection et à l’affaiblissement de l’autorité de l’État. Ces actes de provocation, sans précédent et sans commune mesure, ont provoqué avec le soutien de forces occultes identifiées, des manifestations violentes, dans plusieurs quartiers de la capitale et dans d’autres localités du pays », a-t-il, en effet, expliqué. Avant de relever, regretter et condamner les actes de violence. Qui ont conduit, selon le ministre, à la perte de « quatre vies humaines ».

Par le biais du premier flic du pays, le Gouvernement, qui présente « ses sincères condoléances aux familles éplorées », a rappelé l’état de catastrophe sanitaire et de couvre-feu toujours en vigueur, et des restrictions pour les rassemblements et les déplacements conformément au décret portant renouvellement de l’état de catastrophe sanitaire dans les régions de Dakar et de Thiès. « Malgré tout, des réunions, regroupements, conspirations contre l’État, des actes de terrorisme et de vandalisme sont notés. Ils relèvent de toute évidence du grand banditisme et de l’insurrection organisée. Ils constituent une violation manifeste de l’état de catastrophe sanitaire. Ils représentent des troubles inacceptables à l’ordre public », a déploré le successeur d’Aly Ngouille Ndiaye.

Par ailleurs, le Gouvernement, rappelant « son attachement au respect strict des principes de l’État de droit, de l’intégrité physique des personnes et de la protection de leurs biens », a indiqué que « toutes les personnes, auteures d’actes criminels seront recherchées, poursuivies, arrêtées et traduites devant la Justice. »

Poursuivant, Antoine Félix Abdoulaye Diome a assuré que « l’État est en train de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires » afin d’assurer le maintien et la restauration de l’ordre public, la protection des personnes et des biens et la préservation des Institutions ».

Tract