Les bonnes choses ne meurent jamais. Le journaliste et président fondateur du Groupe Sud Communication, Babacar Touré, est décédé, hier dans la soirée, dès suites d’une maladie. Après la levée du corps à l’hôpital Principal de Dakar, ce lundi matin, le cortège s’est ébranlé vers la ville religieuse de Touba, où le défunt repose désormais.

Mais les témoignages sont unanimes sur BT : une personne multidimensionnelle, précurseur de la presse privée. Ainsi, le journaliste et directeur de iRadio et ITV, ne tarit pas d’éloge à l’endroit de son « ami » et « frère ». « C’est une grosse perte pour la presse sénégalaise, pour le Sénégal. C’est une grosse perte pour l’Afrique, parce que Babacar Touré est un monument. Si aujourd’hui beaucoup de gens osent entreprendre dans le journalisme c’est grâce à l’exemple qu’a donné Babacar Touré au Groupe Sud communication. C’est le premier groupe de presse au Sénégal en termes d’investissement et de groupe. Je garde de Babacar Touré un homme affable, généreux. Généreux sur le plan intellectuel, généreux naturellement », a-t-il témoigné en se souvenant qu’en 2013, au décès de ses deux parents, Babacar Touré s’est déplacé et est venu à la maison pour lui présenter ses condoléances, malgré ses charges.

Alassane Samba Diop a raconté aussi une anecdote et le geste noble du défunt. Un secret que Lazou, comme le surnomme ses confrères, a gardé jalousement pour être divulgué à la face du monde le jour de son enterrement. Un acte grandiose qu’il avait posé pour aider une orpheline à poursuivre ses études. Alassane Samba Diop raconte : « Il y a quelques années, il y avait une fille à Kaolack qui avait une préinscription au Japon pour aller étudier. Mais elle n’avait pas les moyens. C’était une orpheline. Les frais étaient de quatre millions de francs CFA. La famille de la fille avait réussi à rassembler deux millions. Quand sa famille a fait une annonce dans l’Obs, Babacar Touré m’a appelé en me disant qu’il voulait rencontrer les parents de cette fille. Ses parents étaient à Kaolack. Je les ai appelés au téléphone. Babacar Touré m’a donné rendez-vous au Jet d’eau, devant l’agence de la BHS. Il m’avait remis une enveloppe de quatre millions de francs CFA » raconte-t-il.

Et d’ajouter que : « Il m’a conjuré de ne jamais dire aux parents de la fille que c’est lui qui avait fait ce geste. Les parents de la fille ont tout fait pour savoir qui était leur bienfaiteur, mais Babacar Touré m’a défendu de divulguer son nom. La fille a aujourd’hui terminé ses études et travaille en Australie. A chaque fois qu’elle vient en vacances, elle insiste pour rencontrer son bienfaiteur, mais Babacar Touré m’avait défendu de le faire. Aujourd’hui, je suis obligé d’appeler la famille pour leur dire que votre bienfaiteur c’était Babacar Touré ». « On le lui doit », a-t-il confié avec tristesse.

Et d’ajouter : « Babacar Touré, je l’ai connu aussi ami d’Alpha Condé. Il était de ses précieux conseillers. Quand Alpha Condé a eu des problèmes en Guinée, il s’était réfugié à l’ambassade du Sénégal en Guinée. C’est Babacar Touré et Médoune Fall qui ont persuadé Abdou Diouf (l’ancien président de la République du Sénégal) d’aller chercher Alpha Condé. Babacar Touré faisait partie de la délégation qui était partie chercher Alpha Condé et l’amener au Sénégal. »

Aidara KARARA

Tract

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici