Souleymane Teliko peut compter sur le soutien des Organisations de Défense des Droit de l’Homme, (ODDH), ainsi des mouvements de la société civile. Cela, suite à la décision du ministre de la Justice de traduire M. Teliko devant l’organe disciplinaire du Conseil Supérieur de la Magistrature. Ces organismes comme une seule force s’érigent en bouclier pour défendre Souleymane Teliko. Et interpellent le ministre de la Justice sur ce qu’ils qualifient de « bâillonnement » des juges.

Dans une note, la Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme (LSDH), la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), Amnesty International Sénégal, le Forum Civil, section sénégalaise de Transparency International, le Syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS et le Mouvement Y En A Marre, appellent les Sénégalais à se mobiliser pour faire face.

« La traduction de Monsieur Teliko devant l’organe disciplinaire du Conseil Supérieur de la Magistrature est totalement injustifiée et apparait comme une énième tentative de museler l’UMS et son président, dans leur combat pour l’indépendance de la Justice. Les multiples menaces et la répression exercée sur les porteurs d’opinion remettent en cause des acquis obtenus suite à de hautes luttes pour l’élargissement de l’espace public et la construction de l’Etat de droit au Sénégal. L’Etat a l’obligation de garantir aux citoyens la jouissance des libertés publiques telles que la liberté d’opinion et la liberté d’expression consacrées par la Constitution », déclarent-ils.

Il faut rappeler que Souleymane Téliko avait déclaré dans l’émission Jury du dimanche, que la présomption d’innocence et les droits de la défense de l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, avaient été violés par la justice sénégalaise. Une déclaration qui lui a valu, depuis quelques jours, des démêlés avec sa hiérarchie.

Aidara KARARA

Tract

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20