Hospitalisé en France depuis fin janvier après avoir contracté le coronavirus SARS-CoV-2, un touriste chinois de 80 ans est mort, a annoncé ce samedi 15 février la ministre française de la santé, Agnès Buzyn. « Il s’agit là du premier décès par le coronavirus en dehors de l’Asie, donc le premier décès en Europe », a-t-elle souligné lors d’un point presse, précisant avoir été informée vendredi soir de la mort du patient. Seuls trois morts avaient jusqu’ici été recensés hors de Chine continentale : aux Philippines, à Hongkong et au Japon.

L’état de ce patient, arrivé en France le 23 janvier et placé en réanimation à l’hôpital Bichat à Paris depuis plus de deux semaines avec une grave infection pulmonaire, « s’était rapidement dégradé et il était depuis plusieurs jours dans un état critique ». Sa fille de 50 ans, également touchée par la maladie et hospitalisée à Paris, n’inspire en revanche aucune inquiétude et « devrait pouvoir sortir prochainement », selon Mme Buzyn.

Ce premier décès en Europe « n’est pas une surprise », pour Andrew Freedman, enseignant en infectiologie à l’université de Cardiff. Il rappelle que si le taux de mortalité global de ce virus est « faible, probablement en dessous de 2 % », les personnes âgées ou déjà atteintes d’une autre maladie sont plus à risque. « Toute infection respiratoire grave chez une personne vulnérable est préoccupante, qu’il s’agisse de la grippe, d’une pneumonie bactérienne ou, comme ici, d’un coronavirus », observe aussi Michael Head, chercheur à l’université de Southampton.

« Faire face à une éventuelle diffusion pandémique »

Au total, six patients sur les onze cas d’infection confirmés en France restent hospitalisés sans que leur état de santé n’inspire d’inquiétude – dont cinq Britanniques contaminés dans les Alpes – tandis que quatre sont guéris.

L’épidémie de pneumonie virale baptisée Covid-19, détectée en Chine en décembre 2019 dans la province du Hubei, a contaminé plus de 66 000 personnes et fait plus de 1500 morts dans le pays. Hors de Chine continentale, près de 600 cas de contamination ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires, dont un premier annoncé vendredi sur le continent africain (en Egypte plus précisément).

Le principal foyer d’infection hors de Chine reste le paquebot de croisière Diamond Princess, en quarantaine au Japon : 285 cas de contamination y ont été confirmés sur les quelque 3 700 passagers et membres d’équipage à bord. Quatre Français figurent parmi eux. L’un d’entre eux a été testé positif au nouveau coronavirus et est « hospitalisé au Japon », selon les autorités françaises, toujours en attente de « nouvelles précises » sur son état.

Interrogée sur l’éventualité du rapatriement de ces Français, alors que les Etats-Unis prévoient d’évacuer leurs ressortissants présents sur le paquebot, Agnès Buzyn a assuré que « la France est toujours prête à rapatrier ses ressortissants » quand « il y a une demande et une possibilité de le faire ».

« Il nous faut préparer notre système de santé à faire face à une éventuelle diffusion pandémique et donc à une circulation du virus sur le territoire national », a-t-elle également souligné. A cette fin, la ministre fera mardi le point avec « les représentants des professionnels hospitaliers et des professionnels de santé de ville ». Jusqu’à présent, la stratégie des autorités sanitaires pour éviter la diffusion du virus en France repose sur l’hospitalisation en confinement de chaque cas confirmé et sur la réalisation d’une enquête pour retracer et dépister les personnes avec lesquelles ils ont été en contact.

Tract (avec médias)

 

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20