Ahmed Kavas, ambassadeur de Turquie à Dakar, se révèle être un dangereux djihadiste

0
41
Ahmed Kavas, ambassadeur de Turquie au Sénégal

(Tract)- Suite aux caricatures par le journal Charlie Hebdo du prophète de l’islam Muhammad, la Turquie et la France depuis quelques temps sont confrontées à une crise diplomatique qui s’est notamment installée avec le rappel par Paris de son ambassadeur à Ankara et par l’appel au boycott des produits français par le président turc. La santé mentale du président français Emmanuel Macron a même été évoquée par le président trurc Recep Tayyip Erdogan. Autant d’actes qui témoignent des  relations tendues entre les deux pays. C’est ce qu’a noté l’ambassadeur de la Turquie au Sénégal présent dans notre pays depuis août 2020, au cours de l’émission Jury du Dimanche, dont il était l’invité sur Iradio.

« Nos relations avec la France sont historiques. En effet, l’empire Ottoman a capitulé plusieurs fois devant la France. Nous avions beaucoup de contacts bilatéraux à l’échelle de l’Europe. Mais nous avons remarqué que la France a laissé des traces inoubliables dans l’empire Ottoman. On était des amis pendant des siècles jusqu’à ce que la France commence à changer sa politique », indique le diplomate turc.

La question des caricatures selon Ahmed Kavas, est un réel problème en France. En effet, le professeur d’université soutient que la France, même étant considérée comme la fille aînée de l’Eglise, est loin d’adopter une culture religieuse qui pourrait honorer ses pratiques et considérations envers les pays qui ont une culture religieuse solide. « La France a une culture anti-religieuse qui n’est pas spécifiquement centrée sur l’Islam. Elle s’est créée un Islam qui lui est propre, un Islam déchainé par leur propre idéologie », juge  l’ambassadeur de la Turquie au Sénégal.

La planète comptant un peu moins de 4 milliards de musulmans, il est alors bien de se poser la question de savoir jusqu’où le monde musulman va aller pour faire respecter sa religion qu’est l’islam. Pour Ahmed Kavas, « Le président Turc Recep. T. Erdogan demande aujourd’hui au président Emmanuel Macron, de respecter les valeurs musulmanes car, on ne pourrait accepter de se faire insulter à travers des politiques qui attaquent la religion musulmane. La France ne peut pas se créer un ‘Islam’ propre à elle ».

Abordant cette interprétation que le président Francais Emmanuel Macron a fait de l’Islam, l’ambassadfeur de la Turquie au Sénégal precise précise que « ce sont tant de définitions faites sur l’islam. Il n’y a ni d’islam intégriste, ni modéré, ni séparatiste. Parce que si la France trouve ces prétextes cela sous entend qu’il y’a un islam intolérant. Or, l’islam n’est que beauté, pardon et tolérance. » Du reste, H. Kavas considère que même si on peut assurément critiquer le comportement de certains musulmans, « ces prétextes du président Emmanuel Macron n’ont pas de sens ». La rédaction de Tract est partagée,  mais une partie d’entre elle estime que cette position de l’ambassadeur turc qui nie l’existence d’un islam intolérant et belliqueux est un déni de réalité. L’excellence Kavas en disant cela, se révèle, pour une partie de la rédaction de Tract, être lui-même un djihadiste.

Tract