Covid-19 : le coronavirus dix fois plus mortel que le virus de la grippe H1N1

0
56
La pandémie de Covid-19 est dix fois plus mortelle que celle de la grippe H1N1. / SALVATORE DI NOLFI/AP/SIPA
Le nouveau coronavirus est dix fois plus mortel que le virus responsable de la grippe A(H1N1) apparue fin mars 2009 au Mexique, ont indiqué lundi 13 avril 2020 les autorités sanitaires mondiales, appelant à un déconfinement « lent ». 

« Les données recueillies dans plusieurs pays nous donnent une image plus claire de ce virus, de son comportement, de la manière de l’arrêter« , a déclaré le patron de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse virtuelle depuis Genève.

Une réaction face à l’épidémie jugée surdimensionnée à l’époque

 

La pandémie provoquée par le virus A(H1N1) avait donné lieu à des campagnes massives de vaccination. Après coup, les pays occidentaux, en particulier européens, et l’OMS avaient été critiqués pour une mobilisation jugée surdimensionnée alors que chaque année, la grippe dite saisonnière fait entre 250.000 et 500.000 morts, selon les autorités sanitaires mondiales. « Nous savons que le Covid-19 se répand rapidement et nous savons qu’il est mortel : 10 fois plus que le virus responsable de la pandémie de grippe de 2009″, a-t-il ajouté.

Si la pandémie de nouveau coronavirus a fait près de 115.000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles, la grippe A(H1N1) avait fait 18.500 morts selon l’OMS. Un nombre largement sous évalué selon la revue médicale The Lancet qui a estimé le nombre de morts entre 151.700 et 575.400.

Des dépistages massifs dans l’attente d’un vaccin contre le Covid-19

Dans l’attente d’un vaccin contre le nouveau coronavirus SARS-CoV-2, l’OMS appelle les pays à mettre en œuvre un dépistage généralisé des cas suspects, à leur isolement et au suivi des contacts.

La course au vaccin est lancée depuis que les autorités chinoises ont partagé la séquence génétique du SARS-CoV-2 en janvier 2020. Depuis lors, laboratoires publics et privés, entreprises et institutions gouvernementales se sont plongés dans la recherche d’un vaccin, Graal qui permettrait d’interrompre complètement la transmission de la maladie comme le rappelle le patron de l’OMS. Aucun n’étant pour le moment disponible, les innovations se succèdent dans un effort sanitaire auquel beaucoup veulent participer.

Une économie qu’il tarde à nos dirigeants de relancer

Face à la pénurie des tests et alors que les hôpitaux et autres centres de soins sont dans certains pays submergés par les cas, les gouvernements ont mis en œuvre des mesures de confinement qui ont mis à l’arrêt des pans entiers de l’économie mondiale. Mais ces derniers jours, les pressions se multiplient pour relancer la machine économique.

Le chef de l’OMS a souligné pour sa part lundi que « les pays doivent trouver un équilibre entre les mesures visant à lutter contre la mortalité causée par Covid-19 et par d’autres maladies dues aux systèmes de santé débordés, et les impacts socio-économiques » de la pandémie.

Il a néanmoins réitéré son appel à une levée progressive des mesures de confinement, l’OMS ayant déjà prévenu vendredi 11 avril 2020 qu’une levée prématurée des mesures de confinement pourrait entraîner une « résurgence mortelle » de la pandémie. « Nous savons que dans certains pays, les cas doublent tous les 3 à 4 jours. Alors que [la pandémie de] Covid-19 accélère très vite, elle décélère beaucoup plus lentement », a expliqué Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« Cela signifie que les mesures doivent être levées lentement, et avec contrôle », a-t-il insisté.

Tract (avec médias)

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20