Coup double ! Ce jeudi 6 août, Ouattara comme Alpha Condé, candidats au mandat de trop!

0
1727

Aujourd’hui est un jeudi noir pour la démocratie africaine, avec un krach boursier attendu sur les cours politiques de la zone UEMOA – CEDEAO : le président ivoirien Alassane Ouattara comme le président guinéen Alpha Condé vont tous les deux se déclarer candidat à un troisième mandat présidentiel, en dépit de toute morale et de tout respect des règles de gouvernance qui prévalent désormais en Afrique francophone subsaharienne.

Ouattara prendra appui sur un occasion solennelle, le discours à la Nation de cette veille de fête nationale célébrant les 60 ans d’Indépendance de la Côte d’Ivoire, pour tenter de convaincre ses concitoyens qu’il est bien obligé, malgré lui, de se présenter comme candidat pour un troisième mandat. Il est très malvenu et inopportun que Ouattara prenne ainsi en otage les symboles de la Republique, telle que la fête d’indépendance.

De son côté, Alpha Condé, pressé par son parti RPG et tous les satellites de celui-ci, va aussi accepter d’être candidat à un troisième mandat. Malgré une vague de contestation, les délégués du parti au pouvoir en Guinée ont plaidé ce jeudi 6 août pour que le président sortant, Alpha Condé, soit leur candidat lors de l’élection présidentielle.

Ce choix attisera de nouvelles tensions en Guinée. Mais le parti du président guinéen Alpha Condé s’est obstiné derechef : »Il ressort des interventions un plaidoyer en direction du président Alpha Condé, pour qu’il veuille bien accepter la volonté du peuple d’être le candidat unique du RPG à l’élection présidentielle », a déclaré devant les délégués du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) la députée chargée de la synthèse des travaux de la convention, Diakagbé Kaba.

Quelque 350 cadres du RPG réunis depuis mercredi dans l’enceinte du Palais du Peuple ont multiplié les éloges au chef de l’État, 82 ans, absent de la convention.

Alpha Condé, élu en 2010 et réélu en 2015, ne s’est jusqu’à présent pas formellement porté candidat à un troisième mandat, répétant depuis des mois : « c’est mon parti qui décidera ».

Contestation contre un troisième mandat

Il n’était pas clair si le chef de l’État viendrait s’exprimer devant ses militants lors de la reprise des travaux de la convention en début d’après-midi.

La Constitution guinéenne limite le nombre de mandats à deux, mais l’adoption en début d’année d’une nouvelle loi fondamentale lors d’un référendum boycotté par l’opposition permet au président de remettre les compteurs à zéro, selon ses partisans.

Alpha Condé a à de nombreuses reprises critiqué la limitation à deux du nombre de mandats autorisés, la qualifiant d’injuste. Lancée mi-octobre par le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), formé des principaux partis d’opposition et d’organisations de la société civile, la mobilisation contre un éventuel troisième mandat du président, plusieurs fois réprimée, a fait des dizaines de morts parmi les manifestants.

Le chef d’État guinéen, ancien opposant historique, est devenu en 2010 le premier président démocratiquement élu après des décennies de régimes autoritaires dans cette ancienne colonie française d’Afrique de l’Ouest. Ouattara a aussi été élu président pour la premiere fois en decembre 2010, après un présidentielle dont il a fallu faire appliquer les résultats à la canonnière. La fracture ethnique ivoirienne entre le nord et le sud perdure, et c’est une des raisons sur lesquelles s’appuie Ouattara pour se présenter une troisième fois, alors qu’il a échoué à réduire cette fracture.

Tract

Suivez et aimez-nous:
fb-share-icon0
Tweet 20