[ÉDITO] Président Sall, vous n’avez rien de plus important en Conseil des ministres que les sanctions contre les sites d’information ?

0
74

ET DIT TÔT (Tract)- Selon Macky Sall, des scandales à répétition se font jour dans certains sites d’informations, « comme l’ont constaté les internautes ces derniers temps ». Et face à ces faits qui risquent « de porter fortement atteinte à la cohésion nationale » de l’avis du président Sall, il demande à son ministre en charge de la communication de sévir. En Conseil des ministres ce mercredi 23 décembre, « abordant le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures », le chef de l’État a insisté sur la nécessité d’une « régulation systématique » (!) des sites d’informations qui, si on n’y prend garde, risquent de « porter fortement atteinte à la cohésion nationale (!), à l’image de l’État (NDLA : les sites d’information sont-il des agences de communication de l’Etat? ) ainsi qu’à l’ordre public ».

Il a en conséquence, demandé au Ministre de la Culture et de la Communication, en relation avec le CNRA, de renforcer la sensibilisation des acteurs de la presse en ligne en vue de préserver nos valeurs culturelles, d’une part et de veiller au traitement professionnel de l’information d’autre part, conformément aux dispositions du Code de la Presse. On attend de voir. Mais que le Conseil des ministres traite de sites d’informations, sujet aussi futile, montre que c’est la trêve des confiseurs et qu’il n’y a plus de dossiers importants sur la table du président Sall en cette période de fêtes de fin d’année. Pourquoi ne pas réguler les groupes Whatsapp aussi, où tout et n’importe quoi s’échange ? Macky Sall se dirige, si on n’y prend garde, dans les pas du président béninois Patrice Talon qui a tout simplement mis hors-la-loi les sites d’information de son pays, à l’approche d’une présidentielle en mars 2021 dans ce pays.

Nous ne sommes pas les seuls au monde, y compris comparés aux pays dits développés. La Grande-Bretagne a une presse tabloïd dite de caniveau, personne n’est obligé de l’acheter et de la lire. Que chacun fasse son choix et surveille les lectures de ses enfants ! Il faut de tout pour faire un monde. Vivez et laissez vivre. Faites et pratiquez votre savoir-faire. Et laissez faire savoir, y compris par des porte-voix et bobardiers qui ne vous agréent pas, ni du point de vue du ramage, ni de celui du plumage.

Damel Mor Macoumba Seck

Tract