[Exclusif Tract] COVID-19 : Pierre Goudiaby Atépa admis en réanimation

0
62
Pierre Goudiaby Atépa

Tract – Le promoteur immobilier -développeur Pierre Goudiaby Atepa a attrapé le Covid-19. Ceci lors d’une soirée de célébration de mariage organisée il y a quelques jours à l’hôtel Ngor Diarama. Il y a avait foule, à cette fête. C’est ainsi que plusieurs convives ont été infectées par le coronavirus et sont actuellement malades. Le cas d’Atépa, âgé de 73 ans, est sévère, car il est actuellement suivi en réanimation. Prompt rétablissement à « Pierrot ».

Né en 1947 à Baïla, un village de Casamance, cet architecte qui a grandi à la Medina de Dakar, dirige aujourd’hui le plus grand cabinet d’architecture du Sénégal (Atepa Technologies) et l’un des plus importants d’Afrique, même s’il ne figure plus dans l’Ordre des architectes du Sénégal.

Très jeune, ce fils de négociant casamançais s’intéresse au théâtre. Il dirige même une troupe. Mais ses parents jugeant ce métier peu conforme à leurs ambitions, Pierre Atepa Goudiaby choisit l’architecture. Aujourd’hui, à la table des puissants de ce monde, Atepa sait réciter des vers de La Fontaine ou de Racine et interpréter pour leur plaisir des pans entiers de pièces de théâtre. Son surnom, Atepa, signifie le bâtisseur en diola, son ethnie d’origine. Les Diolas sont d’ailleurs les meilleurs architectes d’Afrique. Un baccalauréat scientifique en poche, décroché au Lycée Blaise Diagne de Dakar, il part pour New York, où il obtient successivement un diplôme d’ingénieur en sciences de la construction et un diplôme d’architecture. Le sujet de sa thèse est pour le moins évocateur :  » La ville idéale africaine  » !  » Pour moi, déclare-t-il, l’architecture est un métier de dialogue, et c’est très sénégalais de dialoguer « .

Il commence par la construction du siège de la Banque centrale de l’Afrique de L’Ouest, en 1975, une œuvre en forme de baobab, l’une des plus majestueuses de Dakar. En 1977, il ouvre son propre cabinet, et intervient très vite sur toute l’étendue du continent africain : il réalise notamment un centre de conférence de 600 places et seize villas présidentielles à l’occasion du sommet des Chefs d’Etat d’Afrique centrale en juin 1999 à Malabo, en Guinée équatoriale. Aujourd’hui, ses bureaux sont installés partout : Gambie, Guinée Bissau, Mali, Togo, Mauritanie, Tchad, Congo démocratique ou encore Burkina Faso. Président de l’Union des architectes d’Afrique, il est aussi membre de l’Académie internationale d’architecture.

Additif ce mercredi 20 janvier : Pierre Goudiaby Atepa a réagi aujourd’hui à notre article, c’est à lire ici.

Tract