Les restos Timiss, White Dream et Cosmo accusés de « débauche » aux Almadies

0
44

Tract – Le collectif des riverains des Almadies alerte les autorités sur ce qu’ils appellent de la « débauche » dans certains restaurants sis aux Almadies. Dans un communiqué, le Collectif des riverains des Almadies qui sont à proximité des restaurants Cosmo, Timis et White Dream appelle les autorités étatiques à agir alors qu’il est encore temps, pour préserver la jeunesse, la sécurité et la quiétude des habitants de cette zone. Ces habitants des Almadies s’inquiètent tous les jours des conséquences qui pourraient advenir de la proximité des habitations avec «ces restaurants transformés en bars et très fréquentés par des jeunes de tous âges, mais également des adultes». Ils rappellent pour s’en féliciter que dernièrement, la Gendarmerie de Ngor avait mis la main sur une quarantaine de fêtards dans un de ces restaurants et dont certains avaient de la drogue. Malgré cela, la situation demeure intacte. Selon le collectif, tous les jours, ces bars sont remplis de monde avec une pollution sonore qui indispose tous les riverains. D’ailleurs, beaucoup de ces riverains, indique la même source, ont saisi la Gendarmerie, la Préfecture, la sous-préfecture, la Mairie et même le Gouverneur, sans que le problème soit résolu.

Le collectif attire aussi l’attention des autorités sur la violation du couvre-feu par les adeptes de ces restaurants. D’après le communiqué, malgré le couvre-feu, les habitués des lieux viennent un peu plus tôt et en grand nombre, alors que les rassemblements sont interdits en cette période de pandémie. Ainsi le collectif exige de l’Etat la fermeture de ces lieux car les rassemblements sont interdits principalement dans les bars et cafés. Ils réclament également l’arrêt de la « débauche » qui s’étale en plein jour sur les lieux et l’intervention de la gendarmerie pour mettre fin à ces rassemblements quotidiens. Le Collectif des riverains des Almadies « prend à témoin l’opinion et se réserve le droit d’user d’autres voies pour se faire entendre afin de mettre un terme à cette anarchie ». Un point de presse est annoncé pour très prochainement, selon l’As.

Tract